La magie runique

Discipline ancienne et très puissante, la magie runique est basée sur le traçage de runes et de glyphes.

Il arrive souvent que la magie runique soit considérée comme l’un des plus puissants types de magie. L’origine viendrait d’Odin le dieu nordique, qui, Pendu à Yggdrasil par les pieds durant neuf jours et neuf nuits et blessé par Gungnir, sa propre lance, serait entré dans un état de transe dans lequel les runes lui auraient été révélées. Il les transmit ensuite aux hommes et on en retrouva gravées sur des objets datant d’avant l’ère chrétienne. Plus tard, on les retrouva également dans les régions celtiques. Dans la fantasy et ses races traditionnelles, ce sont souvent les nains qui en sont les plus grands maîtres.

Le principe consiste à dessiner sur une surface ou dans le vide une rune pour lancer son sort. Cependant, cela n’est pas aussi simple car pour réussir, il faut dessiner, penser et dire la rune en même temps. Les trois actions forment un tout qui permet de créer la rune.

Le nombre de runes pour lancer un sort est variable. Généralement plus il est puissant, plus le nombre de runes augmente et donc plus il est difficile à lancer. Cela peut obliger le mage à utiliser ses deux mains et parfois un pied. On distingue deux types de runes : les simples et les complexes.

Les runes simples servent pour les sorts les moins puissants. Une seule rune, que l’on nomme glyphe dans ce cas là, suffit pour lancer le sort. Elles servent généralement pour des sorts de protections ou d’effets mineurs. Certaines sont nommées les glyphes de garde et servent à protéger un lieu. Quand on y entre et que l’on déclenche le glyphe, un sort est lancé pour neutraliser l’intrus. Seulement leur utilisation est unique, donc si on le déclenche, une fois qu’il a joué son rôle, il disparaît. L’avantage néanmoins est qu’il est facile de charger ces runes. Il suffit de mettre un glyphe de feu dans des flammes ou un de foudre exposé à la foudre pour cela.

Les runes complexes portent bien leur nom car les créer demande une construction particulière avec plusieurs couches de runes. Au départ il y a toujours trois runes de base : au-dessus la rune source (qui donne la provenance de l’énergie pour lancer le sort), puis la rune racine (qui donne l’énergie provenant de la source) et la rune effet (qui donne l’énergie finale et donc le sort).

Afin d’améliorer le sort, on trouve des runes particulières pouvant s’ajouter : les runes de passage (influant sur la manière dont l’énergie est transmise), les runes de soutien (qui renforcent les effets des runes sources, racines et effets), les runes d’amplification et les runes de divergences (qui permettent de rediriger l’énergie).

On peut supposer que le temps que le mage runique lance son sort, il est vulnérable car cela prend un temps certain. Mais cela n »est pas le cas, car dès qu’il a placé ses runes de base, il est protégé contre toute attaque, du moment que son adversaire ne parvienne pas à traverser sa protection naturelle. Les duels de mages runiques consistent la plupart du temps à être le plus rapide pour passer cette protection. Ceci étant fait, l’adversaire est immédiatement tué.

 

Références :

Jeux de rôle : Donjons et Dragons (Wizards of the Coast)

Jeux de plateau : Warhammer (Games Workshop)