Test : Orc Must Die ! Unchained !

Orc must Die ! Unchained

Titre du jeu : Orc Must Die ! Unchained

Genre : Action / Tower defense

Développeur : Robot Entertainment

Éditeur : Robot Entertainment

Plate-forme : PC

Sortie française : 19 Avril 2017

 

Scénario :

L’histoire de ce nouvel épisode de la série Orc Must Die se veut des plus simples. Incarnant un héros, le joueur va avoir pour quête de défendre diverses places d’un royaume de hordes de orcs et de leurs alliés, qu’ils soient gobelins, trolls, lycans,…

Dans ses missions le héros est appuyé par un mage le conseillant. Ce qui amène à quelques dialogues des plus comiques entre le premier héros disponible et celui-ci, surtout durant la phase d’apprentissage. Le jeu ne se veut pas au sérieux dans son univers et c’est une des ses qualités car il le fait de manière que cela fonctionne, sans impression de déjà vu, ni lourdeur.

 

Graphismes :

Graphiquement la direction artistique du jeu est très sympathique pour proposer une ambiance un peu cartoon, colorée. Les décors fourmillent de détails et d’accessoires volant et détruits par les vagues d’ennemis, monstres et personnages sont bien modélisés. Certes techniquement certains diront que cela n’est pas dans le plus aboutis du marché, cependant comme beaucoup de jeu de ce genre ou des MOBA, le choix de ce style graphique permet d’assurer plus de fluidité du jeu. Comme les MOBA et hack’n slash, Unchained demande des ressources assez conséquentes. On aurait d’ailleurs souhaité un peu plus d’optimisation de ce côté là.

 

Musiques et sons :

Si la bande son n’est pas exceptionnelle, on n’en fait pas un défaut car les cris des hordes d’ennemis, les voix des héros et bruitages des pièges couvrent assez vite la musique. De ce fait les bruitages font plus l’ambiance du jeu que la musique et ils font leur travail, car on s’immerge très bien dans l’ambiance du jeu.

 

Gameplay :

Orc Must Die ! Unchained étant un tower defense il demande de la stratégie. Chaque mission se déroule en plusieurs phases. On pose ses pièges et une première vague d’ennemi arrive. Le nombre de vagues varie selon les missions, tout comme le nombre de points d’où elles arrivent. Entre chaque vague, le joueur possède un temps de répit pour poser de nouveaux pièges. S’il peut en poser durant les vagues, il sera plutôt occupé à combattre les ennemis avec son héros. Des phases donc plus tournées vers l’action.

Mais revenons sur les pièges, Avant chaque mission, le joueur peut choisir son set. Un grand choix de pièges s’offre à lui. Certains se positionnent sur les murs, d’autres au plafond ou sur le sol et leurs effets sont variables : dégâts immédiats, dps, stun,… . Les pièges sont débloqués dans des coffres obtenus en fin de mission et peuvent être améliorés. Dans les moyens de défenses s’ajoutent aussi les gardiens, de puissants personnages pouvant être placés à des points précis des cartes.

Quant aux héros, le joueur en possède trois de départ et d’autres peuvent être débloqués. Chacun comme dans un MOBA possède ses propres compétences et donc son propre style. Ils ne peuvent pas être améliorés à proprement parlé, le niveau du joueur affectant tous ses héros. Cependant durant chaque mission, toujours comme dans un MOBA, il gagne de l’expérience et peut améliorer ses aptitudes.

L’interface de ce jeu se veut simple et facile d’utilisation et cela fonctionne, bien que certains détails demanderaient d’être améliorés comme équiper ou déséquiper des pièges dans ses sets ou justement la création de plusieurs sets de pièges, afin de rendre l’expérience meilleure.

 

Durée de vie :

Le jeu possède une très bonne durée de vie. Les missions sont réparties sur quatre niveaux de difficulté. Si le premier se fait sans problème en solo, les trois autres demanderont soit de les faire en coopération, soit de les recommencer seul de nombreuses fois. C’est d’ailleurs là un point essentiel d’Orc Must Die, car comme les MOBA il pousse vers le multi-joueur. Dès le niveau d’apprentissage achevé on se confronte à sa grande difficulté en jouant seul et la nécessité de joueur à deux au minimum s’impose pour passer les missions, sous peine de devoir farmer de nombreuses fois, même en échouant les missions pour améliorer ses pièges. Est-ce un mal ? Non, car le jeu se révèle bien plus intéressant et stratégique en coopération. Cela le dote au passage de challenge et d’une grande rejouabilité ce qui est loin d’être des défauts. De plus, s’il est Free-to-Play, le passage en boutique ne se veut pas une obligation.

 

Conclusion :

Amateurs d’univers fantasy un peu débridés, de stratégie, d’action avec un petit côté MOBA, ce Orc Must Die ! Unchained devrait vous plaire. S’il n’est pas parfait dans certains petits détails avec des bugs de texte nombreux qui pourraient le faire passer pour un jeu en bêta, il reste un jeu de grande qualité offrant challenge et de nombreuses heures de jeu. Cependant sa difficulté pourrait rebutter certains joueurs, car les défis qu’il propose sont très corsés et il pousse à jouer en coopération où là encore la difficulté reste. Etant gratuit et évitant de tomber dans le Pay-to-Win, il serait cependant dommage alors de ne pas s’y essayer.

 

Les + :

  • Son univers
  • Le challenge et la durée de vie
  • Son modèle économique
  • Son fun en coopération

Les – :

  • Une interface de jeu qui mériterait quelques améliorations
  • Un jeu un peu plus optimisé pour être moins gourmand en ressources
  • Quelques bugs (surtout de texte) restants
  • Sa difficulté pouvant rebutter certains joueurs

 

Note : 14/20

 

Lien externe : site officiel

Source du test : ervael.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *