Archives de catégorie : Critiques

Critiques, tests de livres, jeux vidéo, films, séries,…

Critique : Kenan, redresseur de foi saison 2 (A.Holay)

Il y a un an environ, nous vous présentions et faisions la critique de la première saison de Kenan, redresseur de foi, d’Anthony Holay. Ce mois-ci la saison 2 s’est achevée et nous revenons donc sur cette série pour en parler.

Kenan, redresseur de foi saison 2

Avant de débuter nous vous invitons à relire notre critique de la saison 1, car un bon nombre de chose que nous avons pu dire sont toujours présents. Cette saison 2 est la suite directe de la précédente. Il n’y a pas de saut dans le temps, elle reprend là où nous avons laissé Kenan et ses compagnons. Il ne faut donc pas s’attendre à avoir de surprise dans le bon ou mauvais sens, dans l’écriture et l’ambiance de la saga.

Synopsis

Alors qu’ils poursuivent le terrible sorcier Aaron à travers la contrée de l’Ouest, Kenan et ses compagnons doivent affronter un danger aussi inattendu que mortel. Pendant ce temps, au palais royal d’Alstore, l’Officiant Maël se retrouve une fois de plus, bien malgré lui, au centre de mystérieuses intrigues…

Critique

On retrouve donc avec plaisir Kenan suite à l’attaque du palais et dans la tension qui avait été créé. La menace planant sur le monde avec le retour de forces démoniaques se fait de plus en plus grand et s’insinue déjà dans le parti du héros et des personnages principaux. La saison 1 nous a laissé dans cette situation, où l’on peut déjà se demander comment vont-ils pouvoir faire face à cette menace, en ayant déjà attaqué de l’intérieur et avoir leur nombre réduit. C’est ainsi que notre héros et les autres redresseurs de foi survivants vont devoir partir pour une autre cité que le mal commence à ronger, mais aussi pour poursuivre Aaron, le mage ayant semé le trouble au palais.

Si la saison 1 introduisait l’univers et commençait à nous le faire voir sombrer dans les ténèbres, cette saison prolonge cette descente aux enfers. Chaque nouvelle avancée des héros les amène vers de nouveaux mystères qui montrent à quel point les ténèbres se font de plus en plus grandes. Que cela soit dans les situations où les rencontres, on suit un enchainement d’événements dans lesquels les personnages sont pris et où chaque résolution ne laisse entrevoir que de sombres jours à venir.

Il est d’ailleurs intéressant de suivre l’évolution des personnages, que cela soit avec le groupe de Kenan avec ses personnalités différentes, Maël poursuivant ses recherches et face à ses découvertes, la reine Leonore face à ses responsabilités et son peuple, mais aussi le jeune Pline que l’on retrouve avec plaisir. En ce qui concerne Kenan, cette saison est aussi l’occasion d’en apprendre plus sur le passé de cet homme tourmenté.

Les tourments et les doutes sont d’ailleurs des plus présents dans cette saison. Plus la situation se fait obscure, plus les personnages se remettent en questions et sont en proie à des hésitations. On peut donc dire que l’on est peut-être dans la phase transitoire de l’intrigue, celle où les personnages se laissent emporter par la situation, luttant pour survivre, avant d’entre dans une phase où ils retourneront la situation à leur avantage. Ce qui reste seulement une supposition, car seul l’auteur en connait la suite.

Conclusion

Cette saison 2 de Kenan, redresseur de foi ne faillit pas à ce que la précédente avait introduit. Elle en est la suite directe, en gardant les qualités et fait très bien avancer l’intrigue, ainsi que l’évolution des personnages. Si vous aimez la dark fantasy, elle devrait vous satisfaire proposant une bonne alternative aux grands titres du genre. Quant à ceux qui ont déjà lu la saison 1, vous ne serez pas déçu de cette suite qui ne vous fera qu’attendre la saison 3, qui est déjà en cours d’écriture.

 

Liens externes : site de l’auteur, page Nutty Sheep

 

Boss Monster : Master of the Dungeon

Introduction

Jeu de cartes édité par Brotherwise Games et créé par ses fondateurs Johnny et Chris O’Neil, Boss Monster : Master of the Dungeon est un jeu qui en 2003 a su attirer l’intérêt du public via un Kickstarter au succès immédiat. Une critique tardive, mais pour un jeu qui pourrait être toujours aussi plaisant et original.

Boss Monster : Master of the Dungeon

Ce jeu se présente comme un cousin du jeu vidéo Dungeon Keeper. Comme dans celui-ci les joueurs incarnent des Maîtres de Donjons qui vont devoir repousser les attaques de héros et collecter les âmes de ceux qu’ils auront vaincus.

Système de jeu

Cartes, présentation et victoire

Les cartes du jeu qui font de nombreuses références à la culture geek se disposent dans une manière rappelant les jeux à scrolling horizontal. Les héros arrivent dans le donjon par la gauche et doivent traverser jusqu’à cinq salles, pour atteindre le boss. La partie s’achève s’il ne reste qu’un seul boss en vie ou si un joueur parvient à vaincre assez de héros pour récolter 10 récompenses qu’ils offrent.

Boss Monster, cartes

Tours de jeu

Chaque tour est relativement simple. Au début les héros qui ont des classes diverses arrivent en ville, puis les joueurs effectuent leur tour de construction de donjon. Ils peuvent ajouter une salle (chaque salle ayant une ou plusieurs « classes »), en améliorer ou en détruire selon les cartes à leur disposition. Ils peuvent ensuite appliquer tous les effets que leurs salles leurs confèrent (comme échanger des cartes de leur main ou en piocher en plus).

Ensuite les héros passant à l’attaque, chacun choisissant le donjon ayant le plus de salles correspondant à sa classe. Ils passent alors une salle après l’autre, subissant dans chacune des dégâts. S’il meurt avant d’arriver au boss, il offre un point de récompense au joueur, s’il atteint le boss, il lui retire des points de vie. La difficulté augmente au fil de la partie car au bout de quelques tours, des héros épiques font leur entrée, ayant plus de point de vie et des effets.

Cartes de sorts, items et extensions

Le gameplay du jeu est renforcé par des cartes de sorts que les joueurs peuvent utiliser pour soutenir leur donjon ou gêner leurs adversaires. En option peuvent être ajouté les items, chaque héros arrivé en premier en ville possède. Cet item lui donne un effet supplémentaire et s’il meurt dans le donjon, le joueur récupère cet item qui a un autre effet pour lui. De plus des extensions sortent régulièrement pour alimenter le jeu de nouvelles cartes, nouvelles options et plusieurs règles alternatives ou additionnelles venant modifier celles de bases ou ajouter des détails existent.

Conclusion

Bien que simple dans son gameplay, pour des parties rapides (30 minutes environ), Boss Monster : Master of the Dungeon est riche dans son côté stratégique. Les joueurs doivent jongler entre construire leur donjon efficacement pour résister aux héros, mais devant faire en sorte aussi à les attirer, tout en gardant un œil sur leurs adversaires. Un jeu qui a fait son succès par son très bon système de jeu, son équilibrage et son originalité. Toujours un must cinq ans après sa sortie  et qui s’est vu décliné en version jeu vidéo disponible sur différentes plateformes.

 

Liens externes (en) : site officieljeux vidéo

Critique : La Prophétie de Crishylann (P.Pourxet)

Auteur de plusieurs romans dont des thrillers comme Opération Soleil Noir ou Gengis Khan le dernier Sanctuaire, Philippe Pourxet a aussi écrit dans l’imaginaire avec sa trilogie de La Relique sacrée, mettant en scène les Templiers.

Si ses précédents livres reposaient sur un fond historique, cette fois-ci l’auteur revient avec La Prophétie de Crishylann et son premier tome, Le Réveil de Merlin, aux Édition Ethen, reposant sur les légendes arthuriennes.

Prophétie de Crishylann (P.Pourxet)

Synopsis

Après avoir traversé le passage pour l’Autre Monde, deux enfants de treize ans, Thomas et Jeanne, se retrouvent emportés dans de grandes aventures au pays des chevaliers de la Table Ronde, des fées et autres créatures du Petit Peuple. Ils doivent réveiller Merlin, prisonnier de son Plumier dans la forêt de Brec’helean. Lui seul peut s’opposer à la terrible magicienne Morgause qui désire se rendre maîtresse de ce monde.

Pour accomplir leur mission, les deux enfants seront aidés par Aldaroth, la guerrière Elfe, Yaspaddaden, Gobelin Blanc et le chevalier Lancelot…

Continuer la lecture

Critique : Saint Seiya Shô, l’anime

Saint Seiya Saintia Shô

Introduction

Plusieurs fois à travers quelques news, nous vous avions parlé de l’adaptation en anime du manga Saint Seiya Shô, avec pour la dernière fois sa date de sortie. Aujourd’hui la série a débuté, trois épisodes ayant été diffusé.

Pour beaucoup d’amateurs de la licence de Saint Seiya, cette nouvelle série animée est pleine d’espoir. Depuis la fin de la saga originale avec le chapitre Hadès, la licence peine avec des hauts et surtout des bas. Si l’adaptation du manga Lost Canvas était une véritable réussite, son arrêt en a déçu plus d’un et ce qui a suivi n’a guère été des plus convaincant. Saint Seiya Omega et le film anniversaire en 3D ont été très mal reçus et seul Soul of Gold a su raviver la flamme, bien que n’ayant pas fait totalement l’unanimité. La série annoncée par Netflix n’est guère des rassurantes, le premier trailer ayant déjà attiré la foudre.

Présentation

Reste donc cette adaptation du très bon manga Saint Seiya Shô. Spin-off s’ancrant dans la chronologie officielle, l’histoire se déroule peu avant le Tournoi Galactique. Tandis que Saori alias Athéna prépare ce tournoi mettant en jeu l’armure d’or du Sagittaire et attend le retour de ses chevaliers de bronze, la déesse Éris est sur le point de se réveiller. Autrefois scellée par Athéna, elle a trouvé en Kyoko, le Chevalier du Petit Poney un nouvel hôte. Shoko la sœur de Kyoko voyant sa sœur enlevée sous ses yeux décide alors de reprendre le flambeau et de devenir comme elle, une Saintia, pour protéger Athéna et la délivrer.

Continuer la lecture

Critique : Kenan, redresseur de foi (A.Holay)

Aujourd’hui avec les plates-formes de distribution et d’édition numérique, on trouve de nombreux ouvrages dans le registre de la fantasy, certains seulement publiés au format numérique. C’est ce propose Nutty Sheep avec entre autre Kenan, redresseur de foi, un cycle écrit par Anthony Holay. Cet auteur normand, amateur de fantasy et d’horreur
n’en est pas à son coup d’essai puisqu’on lui doit déjà Incubes, un roman d’épouvante  aux éditions des Tourments, Les disparus de Karia chez Nutty Sheep, le roman
interactif Monstrueuses Répliques chez Readiktion et des nouvelles avec La
vengeance de l’homme sans nom aux éditions Fantasmagorie et deux autres parues dans les revues Clair-Obscur et Ténèbres.

Kenan, redresseur de foi (A.Holay)

Dans Kenan, redresseur de foi, on retrouve les univers chers à leur auteur, la fantasy et l’horreur se mêlant dans un univers original qui est bien propre au cycle. La diffusion de la saga reprend le principe des séries TV avec plusieurs saisons, chacune contenant plusieurs épisodes, publiés par deux. A ce jour six épisodes sont sortis, les deux derniers venant clôturer la saison 1, sortant en Mars 2018.

Synopsis

Quand vient la nuit, des bruits atroces hantent le village de Mana… Ce soir-là, Pline et sa famille en font les frais. Grincements, raclements, puis visions d’horreur les poursuivront encore au matin, jusqu’à ce que Kenan, Redresseur de Foi en mission, arrive dans le hameau.
Toutefois, il ignore que pendant ce temps, à la cité royale d’Alstore, des inquiétudes rongent son Officiant supérieur…

Continuer la lecture