Critique : Saint Seiya Shô, l’anime

Saint Seiya Saintia Shô

Introduction

Plusieurs fois à travers quelques news, nous vous avions parlé de l’adaptation en anime du manga Saint Seiya Shô, avec pour la dernière fois sa date de sortie. Aujourd’hui la série a débuté, trois épisodes ayant été diffusé.

Pour beaucoup d’amateurs de la licence de Saint Seiya, cette nouvelle série animée est pleine d’espoir. Depuis la fin de la saga originale avec le chapitre Hadès, la licence peine avec des hauts et surtout des bas. Si l’adaptation du manga Lost Canvas était une véritable réussite, son arrêt en a déçu plus d’un et ce qui a suivi n’a guère été des plus convaincant. Saint Seiya Omega et le film anniversaire en 3D ont été très mal reçus et seul Soul of Gold a su raviver la flamme, bien que n’ayant pas fait totalement l’unanimité. La série annoncée par Netflix n’est guère des rassurantes, le premier trailer ayant déjà attiré la foudre.

Présentation

Reste donc cette adaptation du très bon manga Saint Seiya Shô. Spin-off s’ancrant dans la chronologie officielle, l’histoire se déroule peu avant le Tournoi Galactique. Tandis que Saori alias Athéna prépare ce tournoi mettant en jeu l’armure d’or du Sagittaire et attend le retour de ses chevaliers de bronze, la déesse Éris est sur le point de se réveiller. Autrefois scellée par Athéna, elle a trouvé en Kyoko, le Chevalier du Petit Poney un nouvel hôte. Shoko la sœur de Kyoko voyant sa sœur enlevée sous ses yeux décide alors de reprendre le flambeau et de devenir comme elle, une Saintia, pour protéger Athéna et la délivrer.

Premières impressions

Autant le dire de suite, le premier épisode de la série n’était guère convaincant, pour ne pas dire raté. Animation de mauvaise qualité, à part la scène avec Milo du Scorpion et surtout une histoire se déroulant très vite. Une grosse impression d’épisode rushé à tous les niveaux, les événements et les réactions des personnages s’enchaînant très vite. Certes si la licence nous a habitué a des retournements dans les attitudes des personnages, elle mettait en place toutefois un déroulement, ici absent. Shoko passe d’une émotion a une volonté d’une seconde à l’autre sans avoir l’air d’une seconde de réflexion. On ne pouvait donc être que très perplexe sur la série si elle se déroulait comme cela. Cependant les épisodes ont été un peu plus rassurants. Meilleure animation et prenant plus le temps.

Mais c’est là le souci, la série prend désormais trop le temps, avec un second épisode et la quasi totalité du troisième qui n’ont rien fait avancer. Il a fallut attendre la fin du troisième épisode, pour que se présente des perspectives d’avancée pour le prochain épisode, avec entre autre le Sanctuaire qui semble plus entrer en jeu par le biais de Milo.

Du pur Saint Seiya ?

C’est une question que l’on peut se poser. Tous les thèmes propres à la série sur le fait d’être chevalier, le cosmos, l’apprentissage sont bien là et dans leur respect, ne faisant aucun doute sur le fait qu’on est dans du Saint Seiya tel qu’on le connaît. Mais dans l’ambiance, si dans le manga on se sentait bien dans la saga, dans l’anime on sent une différence. Bien que mettant plus de personnages féminins en scènes, l’ambiance aurait pu rester proche des séries passées. Cependant, on ne peut ignorer la touche plus « féminine » de la série. Que cela soit dans le générique, les transitions avec les pétales de fleurs et les dialogues, on sent une approche un peu différente, que beaucoup rapprochent à celle de Sailor Moon. Est-ce un défaut ?

En un sens cela correspond aux personnages, qui se veulent peut-être plus sensibles et à un public visé moins exclusivement masculin. Cependant dans les scènes d’actions, on ne ressent pas dans les Saintia la force de caractère, faisant d’elles des chevaliers d’Athéna, que pouvaient avoir des Marine, Shaina, Yuzuriha. De ce fait, cela rend les affrontements pour l’instant moins captivants. Seule Mayura se distingue en cela, mais on peut espérer que Shoko en progressant se renforce.

Des intérêts ailleurs ?

Si on ne trouve pas d’intérêts dans ce qui tourne autour de Shoko, certains éléments pousseront cependant à poursuivre la série. Il est plutôt intéressant de voir Saori en train de se préparer à devenir Athéna, avec les réflexions que Éris et ses sbires lui poussent à avoir.

Mais surtout c’est du côté du Sanctuaire que l’intérêt est grand. Quand on sait par la première série ce qui s’y déroule, on est curieux de voir quel va être la position du Grand Pope et de ses chevaliers et si l’on ne va pas en apprendre plus sur des choses évoquées auparavant mais laissées sans les expliquer. De plus ne nous le cachons pas, voir en scène les chevaliers d’or est toujours un plaisir pour les fans, d’autant que jusque là leur animation est impeccable.

Conclusion

Malgré un démarrage laissant un bilan mitigé, l’anime de Saint Seiya Shô n’est pas pour autant mauvais. Bien qu’en deçà du manga original et qu’on en attendait plus, une amélioration s’est sentie dès le second épisode et le troisième nous laisse espérer de belles perspectives. Quand on connaît le manga, on sait tout le potentiel qu’il y a derrière cette série et on espère donc qu’il sera exploité par la suite, faisant que cette adaptation sera à la hauteur du manga.

Si vous êtes un amateur de la licence de longue date, alors vous pouvez vous attarder dessus, votre cœur de fan y trouvera son bonheur d’une manière ou d’une autre, la suite pouvant se révéler plus intéressante et convaincante. Pour ceux qui voudraient découvrir Saint Seiya par cet animé, alors nous ne pouvons que vous conseiller pour le moment d’attendre un petit peu, voir si les retours sur la suite de la série sont positifs, débutant par le manga (si vous tenez absolument par commencer avec Saintia Shô) ou par la première série mettant en scène Seiya et ses compagnons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *