Siegfried ou Sigurd

Siegfried fait partie des plus grands chasseurs de dragons comme St Georges. Voici son histoire.

Fils des jumeaux Siegmund et Sieglinde, Siegfried (Sigurd ou Sigurdr) est élevé par Mime le nain forgeron, frère d’Alberich ou Andvari.

Afin de récupérer l’Anneau des Nibelungen donnant amour, argent et joie à son porteur, Siegfried alla tout d’abord chercher un cheval pour pouvoir atteindre le repaire du dragon Fafnir, gardien d’un trésor fabuleux, dont l’anneau. On lui conseilla d’aller voir le roi qui lui en donnerait un et sur son chemin, en traversant une forêt, il rencontra un vieil homme qui lui proposa de l’accompagner. Arrivés devant le troupeau, le vieillard qui était Odin déguisé, expliqua à Siegfried comment choisir la meilleure monture : celle qui parviendrait à traverser une profonde rivière serait celle-là. Un seule cheval réussit l’épreuve et Siegfried le choisit, le nommant Grani. Il alla ensuite s’équiper d’une épée et testa celle qui avait été forgée par Reginn, mais elle se brisa. Finalement, il retourna auprès de sa mère pour récupérer les morceaux de Gram, l’épée de son père et la fit reforger, la nommant Balmung ou Notung.

Siegfried était prêt, ne lui restait plus qu’à aller affronter Fafnir. Pour piéger le dragon, il se cacha dans une fosse sous terre et quand Fafnir passa au-dessus de lui, il lui transperça le coeur. A la fin du combat, Siegfried couvert du sang du dragon s’aperçut que celui-ci rendait sa peau aussi dure que de la pierre. Il se roula alors dedans afin de couvrir entièrement son corps.

Siegfried et Fafnir

Après cette aventure, Siegfried revint en héros. Mime, avide de pouvoir, tenta de récupérer l’anneau en empoisonnant celui qui fut son élève. Mais Siegfried découvrit le piège et tua son maître. Il rencontra peu après la valkyrie Brunehilde, connue aussi sous les noms Brynhild ou Brünhild. Plongée dans un profond sommeil, au cœur de ses flammes, par Odin pour l’avoir défié, seul celui qui pourrait traverser ces flammes la sortirait de son sommeil. Grâce à son corps invulnérable, Siegfried traversa les flammes et la libéra.

Siegfried eut ensuite une relation avec Brunehilde et dans certaines version de l’histoire, ils eurent une fille, Aslaug. Cependant, Siegfried partit dans un autre royaume et sous l’effet d’un philtre d’amour, trompa Brunehilde. Folle de tristesse, la valkyrie accepta la demande d’Hagen, le fils d’Albérich, de tuer Siegfried pour elle. Au cours d’une partie de chasse, Hagen plongea sa lance entre les omoplates de Siegfried, le touchant au seul point où il n’était pas invulnérable ; car lorsqu’il s’était couvert du sang du dragon, auparavant, une feuille s’était collée à cet endroit là.

Ayant tué Siegfried, Hagen réclama comme le voulait la tradition un bien de son adversaire ; il réclama l’anneau de Nibelungen. Brunehilde réalisa alors que tous les malheurs autour de Siegfried étaient dû à l’anneau, maudit par son créateur, Alberich. Brunehilde tua Hagen et lors de la crémation de Siegfried elle se jeta dans le feu avec l’anneau, pour rejoindre celui qu’elle aimait et détruire l’objet maudit.

Références

Littératture : Brot af Sigurdarkvidu et Sigrdarkvida hin skamma (Edda), La Malédiction de l’Anneau (E.Brassey)

BD : Crépuscule des dieux (Istin, Lemercier), Siegfried (A.Alice)

Poésie : Siegfried Lied (Galland, le temps, les loups)

Musique : l’Anneau des Nibelung (Wagner)

 

Lien externe : Die Nibelungen (F.Lang, Musée du Louvre)