Les dragons

Créature incontournable de la fantasy, les dragons fascinent et portent en eux de nombreux symboles.

Le combat contre les dragons

Dieux et héros

La lutte ou la chasse au dragon est un thème aussi universel que le Déluge ou l’Âge d’Or dans les mythologies, car cette créature est présente dans toutes. Le dragon est souvent la finalité d’une quête, l’épreuve cruciale à surmonter dans laquelle on doit se surpasser pour triompher. Non seulement parce que le dragon est une des créatures les plus puissantes qu’il soit, mais également parce qu’il dépasse toutes les peurs, angoisses que l’homme peut avoir.

Mais les hommes ne sont pas les seuls à redouter les dragons, dieux et héros les craignent également, car face à eux leur puissance devient relative. Marduk et Enlil chez les sumériens, Zeus et  Apollon chez les grecs, chez les égyptiens, Thor chez les nordiques, tous ces dieux se sont confrontés à eux. Chez les héros, Gilgamesh, Cadmos, Héraclès et Siegfried pour les plus célèbres tueurs de dragons, les ont combattus sur terre.

L’origine ou le but du combat

On trouve deux raisons principales de ces confrontations : le maintien de l’ordre des choses pour les dieux, le dragon incarnant le Chaos et la quête de l’immortalité pour les hommes. Souvent le dragon est associé à l’immortalité dont il garde le secret. Cependant d’autres raisons existent dans les récits comme conserver ou obtenir son trône. Dans tous les cas la gloire n’est pas l’unique motif, car le défi est si important qu’il mérite une récompense à la hauteur. Du moins cela l’était à l’origine, car l’heroic fantasy présentera souvent le dragon comme le gardien d’un trésor, amenant le ou les héros à aller l’affronter pour la gloire et la richesse. Dans tous les cas, quand le dragon conserve un lieu, il en est souvent le plus ancien résident, sa naissance remontant parfois à des temps immémoriaux. Si cela n’est pas le cas, alors il aura su se rendre maître absolu des lieux.

Si le combat contre un dragon est souvent un moment clé du récit, parfois c’est un combat sans fin et celui mené par le dieu Râ est le plus connu. Le dieu solaire meurt tous les soir et combat durant toute la nuit Apophis qui n’a de raison que de le poursuivre pour le dévorer afin de plonger le monde dans une nuit éternelle. Durant leur combat, Râ traverse le royaume des morts et revient à la vie quand il en sort annonçant le jour. Parfois Apophis parvenait à attaquer Râ en plein jour, ce qui était associé aux eclipses, mais chaque fois le dieu su reprendre l’avantage.

Parfois le dragon est aussi associé à l’eau dont il en devient ou en est le maître. Apophis durant sa poursuite de Râ, s’empare d’eaux infernales en buvant dans le fleuve des morts. Chez les sumériens, Tiamat en plus d’être un dragon et une déesse primordiale marine. Le dieu Ninurta affronta également un dragon des eaux en Asag, qui vit dans des profondeurs marines. Très connu, le Léviathan, ce monstre biblique est souvent surnommé le dragon des mers. Du côté de l’Asie, le Kami Ryujin est un dieu-dragon vivant dans l’océan et contrôlant les marées.

Si la venue du Christianisme amena la modification de certains récits, il ne changea pas trop celle des dragons. La créature reste toujours une incarnation du mal et les héros qui vont les combattre le font de manière désintéressée, armés de leur foi, pour aider les innocents et chasser le mal. Saint Georges et Saint Michel sont les deux plus célèbres.

Dragon rouge

Description et pouvoirs

Bien qu’il existe plusieurs types de dragons, la classification ayant surtout faite avec les jeux de rôle, tous ont des points communs : une taille immense, des ailes, un gueule dotée de dents acérées, une queue pouvant balayer ses adversairesLeur peau est recouverte d’écailles de très grande résistance ; elles forment un véritable bouclier qu’il est difficile de traverser.

Leur pouvoir principal est un souffle enflammé gigantesque. Cette capacité de cracher du feu vient de leur constitution. Les dragons possèdent deux estomacs : le premier lui sert à se nourrir normalement et le deuxième placé un peu en avant et un peu plus bas lui sert pour cracher du feu. Le dragon mange de l’herbe ou des feuilles qui se déposent au fond de cet estomac ; formant une couche, qui sous la chaleur corporelle du dragon produit du méthane à profusion. Pour cracher du feu le dragon claque ses dents (ses crocs sont en partie métallique), ce qui crée une étincelle qui met le feu au gaz qui sort de son second estomac.

Dans certains mythes, le dragon est de forme plus hybride avec une tête féline ou des parties du corps provenant d’autres animaux, mais le tronc reste toujours de serpent. Ainsi à l’origine, beaucoup de créatures étaient nommées dragons dans l’Antiquité et au Moyen-Âge mais au fil des siècles la forme de la créature s’est précisée pour devenir celle que l’on connaît aujourd’hui. La distinction avec d’autres créatures s’est faite, permettant bien de les distinguer. Ainsi dans le cas d’Héraclès, le dragon est devenu une hydre et beaucoup de dragons sont devenus des serpents géants : Apophis, Typhon, Python et Jörmugand. Dans les anciens mythes, Fafnir que combattit Siegfried est l’un des rares à être véritablement un dragon depuis le début. Ce qui n’est pas illogique, la mythologie nordique ayant servie de référence pour poser de nombreuses choses dans les représentations actuelles.

Mode de vie

Ils mènent une vie animale, mangent (pour la majorité ils sont carnivores, mais pas tous), boivent, dorment et se reproduisent entre eux (2 à 3 fois dans leur vie). Ils communiquent en draconien, un langage secret dont ils sont les seuls à le comprendre..

Les dragons se reproduisent par couple. Les mâles se battent entre eux pour les femelles qui sont moins nombreuses et très recherchées ; une fois leur choix fait, les deux dragons s’unissent. Une portée va de 1 à 5 dragonnets, les mâles sont chargés de leur éducation qui dure plusieurs siècle. Une fois leur apprentissage achevé, les dragonnets devenus dragons, quittent le nid pour trouver leurs repères, qui se doit d’être calme, isolé et pratique.

De l’union de deux dragons de types différent peut naître des créatures bâtardes . Le « petit » hérite des atouts de chaque parent et son physique est un mélange, une sorte de moyenne des deux. Mais un dragon peut s’accoupler aussi avec une créature d’une autre race, et là le résultat est monstrueux dans tous les sens du terme.

Un dragon évolue au fil du temps. Il devient plus puissant, ses connaissances s’agrandissent. Mais avec l’âge, bien que gagnant en sagesse, il perd sa combativité.

Références

Littérature : Epopée de Gilgamesh, La Vie de Saint Georges, Bilbo le Hobbit (J.R.R.Tolkien)

Jeux de rôle : Donjons et Dragons (Wizards of the Coast)

Jeux de plateau : Warhammer (Games Workshop)

Jeux vidéo : World of Warcraft (Blizzard), The Elder Scrolls V Skyrim (Bethesda), Drakengard 1 et 2 (Cavia)

Cinéma : Excalibur (J.Boorman), L’Histoire sans fin (W.Petersen), Cœur de dragon (R.Cohen)

Animation : Dragons 1, 2 et 3 (DreamWorks)

 

Image : El Grimlock