L’alchimie taoïste

Pratique très particulière, l’alchimie taoïste vient de Chine et repose sur des principes venant du taoïsme.

L’alchimie taoïste est une une pratique particulière de l’alchimie. Comme elle c’est un domaine alliant science et parfois magie, pratiquée parfois par des mages, mais elle se distingue sur le fait qu’elle s’appuie comme son nom l’indique sur le taoïsme.

Pour résumer dans les grandes lignes, dans celui-ci, le terme tao désigne l’état original avant tout division. Il est présent partout et en tout mais reste antérieur. L’objectif des alchimistes taoïstes est de retrouver cet état premier et pour cela ils ont mis au point une multitude de pratiques liées à la diététique, la gymnastique, des techniques respiratoires, le tout pouvant être exécuté séparément ou en même temps.

Cela entraîne donc la recherche de l’immortalité ou de jeunesse éternelle, thèmes au coeur même de l’alchimie, dans toutes les régions du monde. Si certains alchimistes essayèrent de trouver la fontaine de jouvence ou la pierre philosophale, ceux pratiquant l’alchimie taoïste essayèrent diverses décoctions composées d‘ingrédients pour le moins surprenant à notre époque désormais : cinabre, mercure, plomb, or, argent, les métaux étaient leur piste privilégiée. Pour les préparer, ils utilisaient des chaudrons et des fourneaux et autres ustensiles pour les travailler. On disait à l’époque qu’utiliser une vaisselle en or finissait par avoir un effet sur son utilisateur jour après jour.

“Sacrifiez au fourneau et vous pourrez faire venir des êtres ; lorsque vous aurez fait venir ces êtres, la poudre de cinabre pourra être transmutée en or ; quand l’or aura été produit, vous pourrez en faire des ustensiles pour boire et pour manger.”

Sima Quian rapportant les paroles du mage Li Shaojun devant l’empereur.

Par la suite se développa une alchimie intérieure nommée nei tan, où l’alchimiste utilise son propre corps comme atelier. Avec ses viscères, son souffle et ses fluides, il crée ses élixirs et des perles. Par cela il espère aussi atteindre une purification du corps voire une transformation de celui-ci. Chose que l’on retrouve dans l’alchimie traditionnelle bien que présenté différemment. L’alchimie intérieure par ses principes demande de ce fait des compétences en médecine et en cela la médecine chinoise apportait beaucoup de connaissances aux alchimistes, les amenant à la rendre indissociable de leurs pratiques.

Diagramme de l'alchimie taoïste interne

Diagramme de l’alchimie taoïste interne

Une notion que l’on trouve dans l’alchimie intérieure est celle d’embryon alchimique. Partant du fait que le cours normal de la vie mène à la mort et que donc s’unir pour donner naissance à un être allait dans ce sens là, pour atteindre l’immortalité il fallait donc intervertir le cours des choses. La théorie des alchimistes était donc d’utiliser toujours leurs corps pour y créer un embryon pouvant donner naissance à un être immortel. Cela se fait en trois étapes : faire naître l’embryon, le nourrir et le faire sortir immortel. L’alchimiste utilise pour cela son ventre comme lieu d’essence et sa poitrine comme lieu de souffle ou sa respiration chauffe l’embryon.

 

Lien externe (fr) : L’alchimie interne dans le taoïsme (Persée)

Lien externe (en) : An introduction to Taoist Alchemy (The Golden Elixir)