Les mages

Dernière modification le 22/12/2020 par Ervael

Les mages sont souvent cités dans les récits de mythes et fantasy.

Introduction

Le terme « mages » (ou magus) désigne tous les pratiquants de la magie. Il y a les mages qui pratiquent la magie blanche, les sorciers qui choisissent la magie noire ou le vaudou, les druides, les chamanes, les nécromanciens,… . L’appellation « mage » viendrait du grec magos et du chaldéen magnum, venu lui-même de mag, megh et magh qui veut dire prêtre, sage).  Une autre origine vient du perse avec le mot magi, qui désigne les astrologues et les médecins persans.

Origines du mage

On les classe en tant que peuple ou race à part entière, car tout le monde ne peut pas être mage. Selon les univers, la magie est soit accordée à certains individus par les dieux, soit transmise par des prédispositions génétiques. Dans ce dernier cas, le mage possède des caractéristiques naturelles qui lui permettent d’utiliser la mana ou tout autre source de magie.

On parle de lignées de mages quand la magie se transmet de génération en génération. L’obligation de croire aux dieux n’est pas nécessaire pour l’utiliser dans ce cas-là. Les mages doivent avoir un esprit ouvert pour comprendre les forces mises en œuvres, tels que les éléments, les couleurs, les matériaux..

Ils possèdent les capacités et les connaissances qui leur permettent d’attirer une énergie magique, de la libérer puis de la diriger à leur guise.

Mage ou magicien

Savoir et apprentissage

Tout novice apprend le savoir de la magie auprès d’un maître qui le juge, en premier lieu, pour son aptitude à cette initiation. Devenu disciple, il doit connaître les règles suivantes :

La magie ne fonctionne que si elle est pratiquée avec foi et conviction.

La parole exécute la volonté et peut autant guérir que tuer.

Le mage ne doit pas agir par désir, peur ou autre sentiment fort afin que la puissance de sa magie ne diminue pas.

La magie blanche est celle de l’intelligence et la justice, la noire celle du désordre et de l’équité.

Le disciple est mis à l’épreuve à la fin de son apprentissage ; l’épreuve est variable selon le type de magie pratiquée mais comporte toujours le test de la mise en œuvre de la force d’esprit.

En cas de réussite, il devient mage attitré. Essentiellement, pour ses recherches et expériences, il doit avoir un laboratoire ou un atelier, dont lui seul en a l’accès (éventuellement son assistant). Pour accroître l’énergie magique, les meilleures conditions doivent y être présentes :  une pièce parfumée d’essences aromatiques où règne l’ordre sans objets inutiles.

Le mage peut alors se mettre au travail en fonction de sa position et de son rôle au sein du royaume (ou de la communauté à laquelle il appartient). Il peut être le sage d’un village, le mage attitré d’un seigneur ou mage indépendant, selon l’époque dans laquelle il vit, et selon la civilisation et l’univers qui l’entoure.

Réputation

Jusqu’à la Renaissance, les mages jouissent d’une très bonne réputation. Ce sont des personnages puissants ; ils possèdent de grandes connaissances dans divers domaines  (plantes, astrologie, nombres, magie..), ce qui leur permet de réaliser des actes hors du commun. Ils se font une place importante parmi les grands, au service des rois ou des chefs d’armées et dans les époques où la croyance aux forces surnaturelles est très vive, ils sont très respectés.

Mages historiques

On peut citer cinq personnages désignés comme grands mages.

Simon Magus

Dans la Bible, le premier mage, Simon Magus, vivait à l’époque des apôtres. Il a de grandes aptitudes de clairvoyance et  de télépathie ; mais il créera une secte gnostique orientée sur des magies sexuelles qui lui vaut la condamnation de l’Eglise.

Apollonyus de Tyane

Originaire d’Asie mineure, le philosophe Apollonyus de Tyane est né en 20 après J-C. Il  chasse les mauvais esprits, ramène les morts à la vie et se serait rendu invisible devant l’empereur Domitien à Rome. On le reconnait mage lorsqu’il décrit en détail la mort de Néron pendant qu’elle se réalise, alors que lui se trouvait à des milliers de kilomètres de Néron.

Albertus Magnus

Au XIIIème siècle, Albertus Magnus est évêque de Ratisbonne. Bien qu’il ait été longtemps suspecté par l’Eglise, il est béatifié en 1932. Homme de savoir, il a étudié la kabbale, l’astrologie et l’occultisme. On dit qu’il pouvait ranimer les morts et connaissait le moyen de fabriquer la Pierre philosophale, avec laquelle il influença le temps. Sa plus grande création resterait un robot en métal pouvant répondre à des questions ; mais, détestant cette création, son meilleur élève Thomas d’Aquin l’aurait détruite.

John Dee

Mage de la cour d’Elisabeth 1re d’Angleterre au XVIème siècle, John Dee est une référence en matière d’écriture magique. Il a étudié les alphabets qui datait d’avant la Tour de Babel, mais il est plus connu pour ses recherches sur le langage des anges. Il rédigea sur ce sujet Monas Hieroglyphica où il essaie de percer le secret de la magie angélique.

Baal Schem Tov

Le rabbin du XVIIIème siècle, Baal Schem Tov est connu pour avoir fondé le hassidisme, basé sur le judaïsme oriental, ainsi que pour sa croyance pour un lien existant entre les mondes visibles et invisibles. Il étudiait la kabbale et on lui attribue de nombreuses  guérisons miraculeuses.

Références

Littérature : Épée de Vérité (T.Goodkind), Roue du Temps (R.Jordan), Harry Potter (J.K.Rowling)

Anime et mangas : Fate/stay night (Type Moon), Fairy Tail (H.Mashima)

Jeux de rôles : Donjons & Dragons (Wizards of the Coast)

Jeux de cartes : Magic l’Assemblée (Wizards of the Coast)

Jeux vidéo : Warhammer (Games Workshop), Warcraft (Blizzard), Heroes of Might and Magic (New World Computing), The Elder Scrolls (Bethesda)

Cinéma : L’Apprenti Sorcier (J.Turtelbaud)

Image : Legend of the cryptids (Parade Games)