Les trois trésors sacrés du Japon

Objets légendaires, les trésors sacrés sont issus de la mythologie japonaise.

Les trois objets légendaires firent leur première apparition dans la mythologie japonaise, également appelée le shintoïsme. Les trésors sacrés du Japon sont des insignes impériaux furent transmis de génération en génération, lors des cérémonies concernant la succession du souverain.

Ces régalia ou trésors impériaux de la monarchie japonaise sont : le Miroir, l’Epée et le Bijou.

Trésors sacrés du Japon

Le miroir sacré d’Amaterasu – Yata no kagami

Cet objet symbolise la puissance divine accordée à l’empereur. Elle lui confère la suprématie religieuse et désigne la pureté de l’âme et de l’esprit.

Ce miroir de bronze en forme de fleur à huit pétales, est conservé au Grand Temple d’Ise, dans la préfecture de Mie, et représente le symbole de la sagesse.

La déesse Amaterasu, en sortant d’une caverne, s’y serait reflétée. Elle aurait ensuite offert de miroir à son petit-fils, l’empereur Ninigi, avant qu’il aille régner sur Terre.

 « Chaque fois que tu regarderas ce miroir, c’est comme si tu me voyais moi-même. »

Devenu premier souverain du Japon, Ninigi transmit ce miroir à sa descendance, jusqu’à ce qu’il arrive entre les mains du premier empereur du pays, Jimmu. Il est actuellement conservé au grand temple d’Ise.

L’épée Kusanagi

L’épée Kusanagi, le sabre rassembleur de nuages  – Ame no murakumo no tsuragi Le sabre faucheur d’herbes – Kusanagi no tsurugi

Ce sabre symbolise la puissance et la force et confère la suprématie militaire à l’empereur.

Il est conservé au Temple Atsuta à Nagoya, comme représentant de la valeur.

Il aurait été trouvé dans la queue du dragon-serpent à huit têtes Yamata-no-Orochi par Susanoo. Après avoir été banni des hautes plaines du ciel, le dieu affronta le dragon et trouva le sabre dans la dépouille du monstre. C’est au même moment, que le dieu aurait rencontré sa femme, Kushi Hinada. Après avoir offert le sabre à Amaterasu, celle-ci l’aurait confié à son petit-fils Ninigi quand il partit régner sur Terre.
En 1185, lors d’une bataille maritime à Dan no Ura, le sabre aurait été perdu . Quand il fut retrouvé, on le confia au Temple Atsuta ; puis en 1945, il a de nouveau disparu lors des bombardements,a avant d’être retrouvé et retourner au temple.

Yasaka(ni) no magatama

Ces joyaux impériaux, en forme de griffes ou de crocs percés, symbolisent la sagacité et confèrent la puissance civile à l’empereur.

Les magatamas sont conservés au palais impérial de Kōkyo, dans la ville de Tokyo. Symboles de bienveillance, ils sont censés être les lieux d’habitat pour les Kami, les dieux japonais.

Ces mystérieuses perles recourbées, dont les appellations sont diverses et floues, sont composées de matières difficilement identifiables : perles, pierres, joyaux, gemmes,….

Si on imbrique deux magatamas, on reconstitue le symbole noir et blanc du yin et du yang.

Comme le miroir, les magatamas viennent d’Amaterasu. Par son père Izanagi, La déesse eut en héritage cinq colliers. Quand Susanoo fut chassé de chez lui par Izanagi, il alla voir sa sœur Amaterasu. Afin de lui prouver qu’il ne lui voulait aucun mal, il souffla sur les colliers de la déesse et créa cinq Kami mâles. Amaterasu fit de même, en soufflant sur le sabre de Susanoo, et fit naître, des morceaux de l’épée brisée, trois Kami femelles.
Les deux déités prirent chacune, les enfants que l’autre avait créés.
Les cinq fils de Susanoo restèrent avec la déesse Amaterasu dans les hautes plaines du Ciel, tandis que les trois déesses célestes descendirent sur Terre avec Susanoo. Établissant un lien entre le Ciel et la Terre, Susanoo reprit son statut d’allié du Ciel.

Ces trois trésors sont des représentations symboliques du caractère sacré de la fonction impériale, et du fondement du Koshitsu Shinto. Ils furent de grands éléments de la propagande liée à l’expansion du Japon Shöwa.

Références

Liens externes (en) : Sanctuaire Atsuta, site officiel des résidences impériales