Liéchi

Le liéchi

Dernière modification le 05/07/2021 par Ervael

Esprit des forêts, le liéchi est le gardien des forêts slaves.

Introduction

Nommé lesij en russe (ou léchii), borowy en polonais, le liéchi est surnommé le patron de la forêt ou le maître. Parfois, on le surnomme le tsar des forêts ; il a ses propres sujets et ses subordonnés veillent chacun sur un secteur des bois. En tant que souverain des bois, il surveille le gibier et les bêtes sauvages, régissant ainsi le rapport entre les animaux et les hommes.

Souverain des bois

Il compte les proies abattues. Les chasseurs doivent passer un pacte avec le liéchi afin de ne jamais rentrer bredouilles. Il punit ceux qui ont chassé par caprice, c’est un sacrilège ; de ce fait, il s’attaque à leur bétail en leur envoyant des loups. On voit parfois le côté positif dans ces punitions car on dit que les animaux tués par le liéchi  allaient être malades ; il tue également ceux qui dépassent le quota de gibier.

Il n’y a qu’un liéchi dans chaque forêt, ils aiment la vie solitaire ; mais, de temps en temps, ils leur arrivent de jouer aux cartes entre voisins. Ainsi, lorsqu’un liéchi perd, des animaux migrent d’un bois à l’autre.

Description

On décrit le liéchi sous deux formes humanoïdes : dans la première, sa peau est proche de l’écorce, dans la seconde, il ressemble à un banal paysan avec une barbe blanche. On l’identifie, par rapport à un paysan, du fait qu’il inverse toujours tout dans son habillement : veste retournée et donc boutonnée dans l’autre sens, souliers gauche et droit inversés.

Liéchi

Selon les régions, on lui enlève des parties de corps : pas de tête, pas de talons en Russie, une seule narine en Lituanie. Pour d’autres, il n’a ni cils ni sourcils ; il peut avoir les yeux blancs ou être sans oreille droite, ou bien ne pas posséder d’ombre ou encore avoir le sang bleu. Enfin, quelquefois, on le décrit nu et velu.

Le liéchi a le pouvoir de se transformer selon ses désirs : en  humain, animal, arbre, plante, champignon. Ses apparences humaines sont diverses : homme, femme, enfant, soldat, pope. Tout lui est possible ; on raconte que lors de sa transformation, il se crée un tourbillon, une rafale violente.

On repousse difficilement cet esprit, car les méthodes sacrées ne fonctionnent pas sur lui. La méthode la plus efficace et la plus connue est toute simple : l’injurier en mentionnant sa mère.

Repousser ou se prémunir du liéchi

Les femmes et filles qui se perdent dans la forêt d’un liéchi deviennent ses épouses et ses maîtresses, leurs enfants seront les siens. Cela lui est facile ; il a le pouvoir d’égarer les intrus dans sa forêt en les faisant errer et tourner en rond pendant des heures, quand il ne dérobe pas en plus les roues des charrettes et les corbeilles des ramasseurs de champignons. Cependant, il traite très bien ceux qu’il enlève. Aussi pour s’en prémunir, il vaut mieux signer avant d’entrer dans les bois et demander les faveurs du liéchi.

« Maître, aide-moi à ramasser des champignons sans m’égarer ! »

Quelques précautions sont à prendre, il ne faut pas parler fort dans les bois, car l’écho que l’on entendrait pourrait être la voix du liéchi et donc, pourrait attirer son attention. Il ne faut pas siffler également, car il déteste les sons stridents au point d’aller briser toutes les fenêtres chez celui qui le ferait.

Malgré tout, si on s’égare, on peut flatter le liéchi en inversant tous ses habits comme lui ; alors, il se montrera clément et ne causera aucun souci si on entre dans la forêt de cette façon.

On bénit les enfants avant qu’ils aillent dans la forêt et sur une souche d’arbre, on dépose un morceau de pain dans une serviette. Si le liéchi a tout de même enlevé les enfants, alors les parents peuvent  implorer leur retour et faire une offrande d’œufs ; ce qui permet très souvent d’apaiser le liéchi.

Pour une raison ou une autre, si les chasseurs doivent passer la nuit dans la forêt, ils doivent demander au liéchi la permission d’y dormir :

« Maître, laisse-nous, non pas séjourner mais bien passer la nuit ! »

S’ils ne le font pas, alors le liéchi rend leur nuit infernale, si bien qu’ils ne dorment pas et s’en vont dès l’aube.

Protection des villages

Les villages peuvent obtenir la protection du bétail par le liéchi. Pour cela, un prêtre est envoyé dans la forêt pour aller à sa rencontre et négocier un accord. Contre quelques vaches, ou seulement deux œufs si le prêtre est habile, l’esprit protège les troupeaux face aux loups ; parfois, il fait paître le bétail dans un lieu paisible, en échange de ne pas venir cueillir certaines choses dans la forêt.

Des fois, il demande autre chose : ne pas se raser les cheveux, faire abstinence ou il interdit un instrument de musique (comme l’accordéon) pendant une période. Il ne faut pas violer cet accord sous peine de perdre un œil ou de devenir infirme. On peut cependant avoir son pardon en lui offrant un verre de vodka et en implorant sa clémence.

Références

Littérature : Contes populaires russes (A.Afanassiev)

Image : Wikipédia