Galaad ou Galahad

Chevalier de la Table Ronde le plus jeune et le plus pur, Galaad est aussi l’un des plus connus.

Origines

Personnage n’appartenant pas aux légendes arthuriennes d’origines, mais inventé par un auteur du XIIème siècle, Galaad (Galahad ou Galaadh) n’en reste pas moins un des Chevaliers de la Table Ronde les plus connus. Fils de Lancelot du Lac et de Elaine (ou Ellan) la fille de Pellès le Roi Pêcheur, il a été engendré suite à un piège tendu à Lancelot. Une des servantes d’Elaine lui fit boire un philtre d’amour, lui faisant croire que la fille de Pellès était Guenièvre.

Galaad fut élevé par des nonnes, qui louaient à quel point il était méritant et très vite il entra dans la cour du roi Arthur Pendragon. Étant l’un des plus jeunes membre de la Table Ronde, Galaad fait partie des derniers à y être entrés. Il est connu pour son cœur pur, lui permettant de s’asseoir sur le Siège Périlleux de la Table Ronde. Merlin avait prophétisé que quiconque s’asseyait à cette place mourrait envoyé dans les profondeurs de la terre et seul le chevalier destiné à achever la Quête du Graal, ayant donc l’âme assez pure pour y arriver, pouvait siéger dessus. Dès son arrivée, Galaad s’assit dessus et on dit que le Graal apparu en image à tous les chevaliers. Galaad prouva ainsi la nature de son âme et qu’il était l’élu destiné à trouver le Graal. Une pureté qu’il tient de son père, puisque Lancelot était connu pour être un chevalier du même ordre, qui aperçut deux fois le Graal, sans pouvoir le saisir à cause de son amour pour Guenièvre.

Galaad ou Galahad

Aventures de Galaad

L’épée dans le marbre

On ne connaît que trois aventures de Galaad. Pour la première, un jour un mystérieux bloc de marbre rouge flotta dans la cour de Camelot avec une épée plantée dedans. Dessus était gravé ceci :

« Jamais personne ne pourra m’enlever d’ici, sinon celui qui doit me prendre à son côté. Et ce sera le meilleur chevalier du monde ».

L’épreuve rappelait celle d’Excalibur pour légitimer un élu et plusieurs chevaliers essayèrent de la retirer, mais seul Galaad put le faire sans effort, prouvant une fois de plus son statut.

L’écu de Joseph d’Arimathie

Après cela, la quête du Graal fut véritablement lancée et Galaad décida d’y prendre part. Il refusa à son départ de prendre un écu, disant qu’il attendait que l’aventure lui en donne un. Ce qui arriva assez rapidement, car peu après il fit une halte à une abbaye où il retrouva Yvain et Baudemagu. Les deux chevaliers apprirent à Galaad que se trouvait dans l’abbaye un écu blanc avec une croix rouge que nul ne pouvait emporter, seul le meilleur chevalier du monde le pouvant. Baudemagu tenta de le prendre mais à peine l’eut-il prit qu’il se fit attaquer et vaincre par un chevalier blanc. Ce dernier remit l’écu à Galaad et lui apprit qu’il avait été créé par Joseph d’Arimathie pour prouver au roi Evalach la puissance de la foi chrétienne. Le roi païen pu la constater en pouvant vaincre grâce à cet écu son ennemi le roi Tholomer. On dit aussi que cet écu redonna à un homme la main qu’il avait perdu en le touchant.

Le château des Pucelles

Poursuivant son voyage, il s’arrêta à une chapelleune voix lui demanda d’aller au château des Pucelles. Il s’y rendit avec Gauvain, Gaheris et Yvain, dans ce lieu où sept frères retenaient prisonniers toutes les vierges qui s’approchaient du château. Lorsque Galaad y arriva, il délivra les femmes retenues, ne se laissant pas emparer par la tentation, pendant que Gauvain, Gaheris et Yvain, tuèrent les sept frères. Galaad apprit plus tard que ce château représentait les Enfers et les sept frères reperésentaient les sept péchés capitaux. Ainsi Galaad avait mis à l’épreuve sa pureté en les affrontant.

La Nef merveilleuse et le Graal

C’est avec Celle-qui-jamais-ne-mentit, une femme muette, Bohort et Perceval qu’il mena sa seconde aventure. Au cours de celle-ci il trouva l’épée du roi Salomon, mais surtout la Nef merveilleuse. Celle-ci les guida dans un lointain royaumeCelle-qui-jamais-ne-mentit se sacrifia pour sauver une reine lépreuse. Les trois chevaliers déposèrent son corps dans la nef et la laissèrent s’en aller.

Galaad retrouva plus tard la nef et qui l’emmena jusqu’au Graal durant un long voyage de six mois. Au cours de celui-ci, il y rencontra son père. Une fois arrivé, il retrouva Bohort ainsi que Perceval et ensembles, ils trouvèrent le Graal. Bohort versa le sang du Christ de la Sainte Lance (ou Lance de Longinus) dans le Graal et seul Galaad par sa pureté put regarder à l’intérieur de la coupe. Il n’est pas dit ce qu’il aperçu dans la coupe, mais il ne pouvait plus vivre après l’avoir vu et mourut.

Références

Peinture : Sir Galahad (D.G.Rosseti), Sir Galahad face au roi Arthur (W.Crane), Galahad et le saint Graal (E.A.Abbey)

Cinéma : The Adventures of Sir Galahad (S.G.Bennet)

Jeux vidéo : Fate/Grand Order (Type Moon)

 

Liens externes : Une quête initiatique (BNF) Une figure christique (BNF), L’épreuve du Siège périlleux (BNF)

 

Image : Wikipédia