Les Devas

Terme de l’hindouisme et du bouddhisme, les devas sont toutes les divinités.

Le mot devas vient de div signifiant resplendir et il désigne tout simplement un dieu dans l’hindouisme. Au féminin il devient devî, désignant alors les déesses. Ils sont la quatrième classe de divinité après Bouddha, Bodhisattwa, Vidyârâja dans le bouddhisme.

Les Devas sont des puissances dépassant le commun, dont on peut voir la présence dans la nature. Un Deva selon le védisme n’est ni un être surnaturel étant lié au monde, ni un symbole. On peut dire qu’en quelque sorte, un Deva est un composant de l’univers à part entière. Chaque deva bien que lié à un aspect du monde possède plusieurs fonctions et le védisme en liste trente trois.  On peut citer dans  les Devas liés aux éléments de la nature, Vayu pour l’air, Agni pour le feu, Ushas pour l’aube, Chandra pour la lune et Sourya pour le soleil.

Il y a cependant des variantes à la vision du védisme. Dans l’hindouisme, ils sont désignés véritablement comme des être surnaturels et sont représentés à travers des iconographies. Chaque Deva possède un nom, un élément associé, un sens, un son, une couleur, un symbole et une devî en penchant féminin. Brahma, Vishnou et Shiva en sont les trois primordiaux formant la Trimûrti (la séparation en trois de l’être suprême pour présider l’univers).

Le bouddhisme quant à lui apporte une autre vision des Devas. Dans celle-ci, ils ont toutes les caractéristiques des dieux, à savoir l’immortalité, la puissance et tout simplement la vie de divinité. Cependant, leur existence repose sur le karma et s’ils l’épuisent complètement, ils doivent alors renaître comme tout être vivant. Ainsi ils ne peuvent pas se reposer sur leurs acquis et doivent toujours tendre vers l’Éveil. Seuls Bouddha et Bodhisattwa ont su dépasser cette condition.

Reste le jaïnisme, qui propose une vision plus générale, les Devas étant simplement tous les êtres célestes, y compris ceux ayant accédé au Paradis.