Le nombre treize

Nombre souvent associé au malheur, le treize possède une forte symbolique.

Pour trouver l’origine faisant de lui un mauvais nombre, à l’origine de superstitions, il faut remonter jusque dans la mythologie nordique. Frigg, la déesse du mariage et de la fertilité, (parfois confondue avec Freyja la déesse de l’Amour), également appelée Vendredi, fut bannie et envoyée au sommet d’une montagne, lorsque les nordiques et les germaniques se convertirent au Christianisme. Considérée désormais comme une sorcière, elle convoqua tous les vendredi onze des sorcières et le diable pour préparer de mauvais tours. De cette histoire serait née la légende du vendredi 13, pour le nom de la déesse et le nombre de membres de son groupe.

Chez les grecs, alors que le vendredi est un jour de fête lié à Aphrodite, la déesse de l’Amour, le nombre treize est synonyme de déséquilibre. Pour eux le nombre douze est celui de l’équilibre, de la stabilité, le nombre treize sème le trouble et le chaos. Déséquilibre, rupture, trahison, la Cène dans la Bible est l’un des exemples les plus connus. La treizième personne présente, à savoir Judas, est celle qui trahit le Christ.

Le nombre est lié également à la mort. La treizième lettre de l’alphabet hébreu serait liée à la mort. Au tarot, la treizième arcane et celle de la Mort, un squelette avec une faux à la main.