Aphrodite ou Vénus

Dernière mise à jour le par

Déesse de l’Amour, Aphrodite est aussi celle de la Beauté et des Plaisirs.

Introduction

Aphrodite est née d’Ouranos, lorsque Cronos lui trancha ses parties génitales. Elle est considérée comme la plus attirante et belle déesse.

Son rôle est de susciter l’amour chez tous : les hommes comme les dieux. Plusieurs divinités furent victimes de sa magie. Son pouvoir est tel que la déesse elle-même en fut touchée.

Elle n’est pas une olympienne, mais s’y rend très fréquemment. Zeus la donna à Héphaïstos, le dieu laid et boiteux ; puis très rapidement, Aphrodite en aimera un autre : Arès. Elle fut cependant dénoncée par Hélios et Héphaïstos décida de se venger. Il piégea Aphrodite et Arès dans un filet invisible et indéchirable, puis les exposa devant tous les autres dieux.

De leur union naquirent cinq enfants : Harmonie, Eros, Anteros, Deimos (la Crainte) et Phobos (la Peur).

Cependant, Arès ne fut pas son seul amant. D’Hermès elle enfanta Hermaphrodite, de Dionysos : Priape. Puis elle eut une aventure avec Poséidon qui ne laissa pas de descendant.

Anchise, Eos et Psyché

Elle eut, aussi, une relation  privée avec un humain, Anchise ; ainsi naquit Enée. Afin d’attirer cet homme, Aphrodite se présenta comme une princesse ; car tout mortel qui aime une divinité meurt  aussitôt d’un vieillissement précoce. Le lendemain de leurs ébats, la déesse se révéla sous sa vraie nature et lui demanda de taire leur aventure. Mais un jour, ivre, Anchise dévoila cette histoire à un interlocuteur qui se trouva être Zeus. Furieux, le roi des dieux le punit en le rendant boiteux et aveugle.

Malgré le fait qu’elle soit volage, Aphrodite est extrêmement jalouse. Ainsi, elle rendit Eos éternellement amoureuse d’Arès ; elle fit endurer les pires épreuves à Psyché, jalouse de sa très grande beauté. Néanmoins, elle est très soucieuse de ceux qui la vénèrent et de ceux qu’elle a juré de protéger.

Aphrodite ou Vénus

« La persuasion est fille d’Aphrodite. »

Sapho, Poèmes et fragments

« Elle égare même la raison de Zeus, lui, le plus grand des dieux. »

Extrait d’un hymne homérique

Références

Littérature : L’Iliade (Homère), L’Énéide (Virgile)

Peinture : La Primavera (Botticelli, Florence), La Naissance de Vénus (Botticelli), Mars et Vénus (Poussin), La toilette de Vénus (F.Boucher, Nationalmuseum Stockholm), La Naissance de Vénus (A.Cabanel, Musée d’Orsay)

BD : Atalante (Crisse)

Liens externes : Le panthéon d’Homère (BnF), La déesse née des vagues (BnF), Vénus de Milo (Musée du Louvre), Venus et Mars (S.Botticeli, London National Gallery)