Le temple d’Artémis

Merveille du monde, le temple d’Artémis situé à Éphèse est le lieu le plus important dédié à Artémis.

Présentation

Sanctuaire très ancien et gigantesque, le temple d’Artémis, nommé aussi l’Artémision, est le lieu le plus important consacré à Artémis, la déesse de la chasse et de la nature sauvage. Il se situe à Éphèse, une des plus anciennes cités grecques d’Asie mineure. Ce temple est né de l’admiration de l’Asie pour l’architecture grecque et sa grandeur (37,74 m de longueur et 71,74 m de largeur) ainsi que ses cent vingt sept colonnes (chacune élevée par un roi), firent qu’il fallut cent vingt ans pour le bâtir. L’intérieur était richement décoré, si bien que l’ensemble fit de lui une des sept merveilles du monde antique. Outre sa splendeur dédiée à Artémis, le temple était aussi une banque, souvent considérée comme la première au monde.

Temple d'Artémis ou Artémision

Construction

Sa construction est liée à un personnage de renom et mythique, puisque c’est le roi Crésus de Lydie qui le finança, Le lieu de l’édification du temple fut Éphèse, dont le terrain était marécageux, mais de ce fait le bâtiment était protégé des tremblements de terre de la région. Cependant pour que le temple ne s’enfonce pas dans le terrain, les fondations reposèrent sur un lit de charbon et de laine. Les bâtisseurs durent faire preuve de grande ingéniosité pour parvenir à réaliser certaines parties, compte tenu des proportions du temple. On dit même qu’un jour l’ingénieur eut envie de se suicider, car il ne trouvait pas de solution pour poser le linteau de la porte qui était trop lourd. Artémis lui apparut la nuit et lui ordonna de vivre, posant la pierre pour lui.

Historique

Le temple connu plusieurs incidents par la suite. Il subit d’abord une inondation mais fut sauvé. Le sable qui l’avait envahit fut retiré, il fut rehaussé s’étant enfoncé. En 500 av J-C, l’architecte Chersiphron le reconstruit en marbre et il attira de nombreux rois et marchands. Il était aussi un lieu de refuge, les Amazones s’y étant repliées pour affronter Héraclès et Dionysos.

Cependant un jour, un homme, Érostrate, qui voulait que son nom soit connu de tous, y mit le feu pour le détruire. Lorsqu’il fut arrêté, il ne fut pas condamné à la peine capitale, celle-ci ayant été abolie à Éphèse. Il fut cependant torturé et son nom interdit.

Lorsque Alexandre le Grand arriva à Éphèse, il voulu financer la reconstruction du temple, mais les habitants découvrirent qu’il était né le même jour où Érostrate avait détruit le temple. Ne croyant pas à la longévité du règne d’Alexandre, ils refusèrent et le temple fut restauré avec le financement de plusieurs cités, dont il était la banque.

Mais de nouveaux incidents arrivèrent. L’empereur Néron emporta les plus belles œuvres d’art du temple, les goths le pillèrent, il subit un tremblement de terre qui amena sa fermeture. Les chrétiens le brûlèrent par la suite, des pierres furent prises pour construire d’autres bâtiments, l’empereur Justinien achevant son démantèlement en prenant ses colonnes pour le palais de Constantinople au VIIème siècle av J-C. Aujourd’hui il ne reste que des ruines de ce temple, que l’ont peut voir dans la ville de Selçuk en Turquie.

Références

Peinture : Le Temple d’Artémis à Éphèse (W.van Ehrenberg)

 

Liens externes : Artémision (CNDP), Construction du temple (Monuments du monde), Guide et photos (Routard)

 

Image : Wikipédia