Dernière modification le 25/06/2024.

Branche mystique du judaïsme, la kabbale repose sur les significations cachées de la Torah.

Introduction

C’est sur les cinq premiers livres de l’Ancien Testament constituant la Torah, que se base la kabbale (Cabbale ou Qabale en français). Discipline mystique et ésotérique, elle est très complexe et n’est donc réservée qu’à de grands initiés qui ne s’en transmettent les secrets qu’oralement pendant des siècles. On dit d’ailleurs qu’elle est la loi orale et se distingue donc de la Torah qui est écrite. Son nom vient de l’hébreu qabbala signifiant réception ou ce qui est reçu.

Son origine est incertaine, remontant à Adam pour certains, au prophète Élie pour d’autres. Elle pourrait aussi avoir été transmise par YHWH à Moïse sur le mont Sinaï. Bien qu’ayant des origines antiques, elle se répand surtout au Moyen Âge.

Description

Objectif et contenu

La kabbale a pour but de permettre à l’individu d’accomplir son destin, en comprenant le monde, la création et donc de se rapprocher de son créateur. Ainsi, elle pousse à changer la perception des choses pour les comprendre. La discipline est donc en grande partie basée sur la pensée et la réflexion. Cependant, elle ne se limite pas qu’à cela puisqu’on y trouve une part d’alchimie et autres pratiques, comme l’invocation d’anges, de démons ou de génies. Parmi les créations, le golem est la créature la plus connue issue de la kabbale.

Les sephiroth

La kabbale repose dans sa pratique sur les dix sephiroth (ou sefirot) qui composent l’arbre de vie. Chaque sephiroth est un élément fondamental de la pensée kabbalistique. Ainsi on trouve :

NuméroNomSignificationÉlémentCouleurArchange
1Kethercouronne blancMetatron
2Hokhmahsagesse argentRaziel
3Binahcompréhension, intelligenceTousnoirTsaphkiel
4HessedHésedChessedamour, miséricorde, compassionEaubleuTsadkiel
5GeburahforceFeurougeKamaël
6TipherethbeautéLumièreorMikaël
7NetzahvictoireEauvertHaniel
8HodgloireAirjauneRaphaël
9YesodfondationEthermauveGabriel
10Malkuth ou MalkoutroyaumeTerrebrunSandalphon et Uriel

10 sephiroth de la kabbale

Les sephiroth se répartissent en quatre groupes, chacun représentant une étape du processus de création.

La gematria

De plus, la kabbale utilise un grand nombre de symboles, à travers la gematria. Il s’agit de numérologie basée sur les 22 caractères de l’alphabet hébraïque (nommés les 22 forces de la Création) et les dix sephiroth. A cela s’ajoutent des diagrammes, de la méditation et 72 divinités dont le kabbaliste doit prendre en compte en fonction de ce qu’il désire faire. La pratique de la gematria permet ainsi d’utiliser les forces de l’univers de manière orale ou écrite.

Le bracelet rouge

Chaque kabbaliste porte un bracelet rouge, une amulette en laine rouge servant à conjurer le mauvais œil. Il le met au poignet gauche car selon la kabbale, l’énergie entre par la main gauche et ressort par la droite. La laine du bracelet, avant d’être coupée pour le fabriquer, doit être enroulée autour de la tombe de Rachel. La raison est qu’il s’agit de la femme de Jacob, qui incarne la protection contre le mal pour les kabbalistes.

Le Zohar

Signifiant l’illumination, le Zohar est le texte majeur de la Kabbale. Écrit en araméen par Moses Ben Schemtob de Leon au XIIIème siècle, il réunit les connaissances de la kabbale. Il met en avant que par les noms et les symboles, toutes les forces de l’univers peuvent être éveillées ou réveillées. C’est un ouvrage riche avec plus de deux mille pages expliquant entre autres l’organisation du mal. On y trouve donc les esprits impurs des sept palais du démon, les opposés aux dix sephiroth.

Étude de la kabbale

L’influence de cette discipline est grande au vue des études sans cesse sur elle, entre autres par des philosophes et psychanalystes tels que Freud. Le nombre d’ouvrages, d’essais à son sujet sont très nombreux et aujourd’hui encore on continue d’écrire sur elle. Source d’inspiration, Baudelaire, Balzac, Mallarmé et Proust l’ont utilisé comme référence dans leurs œuvres. On la retrouve également en peinture, dans le cinéma et les jeux vidéo.

Références

Littérature : Écrits du Char Céleste, Le livre de la Création (S.Yetsirah), Le livre Slair (S.Ha Bahir), Le livre de la Splendeur (S.Ha Zohar)

Animation : Neon Genesis Evangelion (Gainax)

Jeux de rôle : Nephilim (Multisim)

jeux vidéo : Persona 3 (Atlus)

Liens externes : Bnei Baruch (Institut de recherche et d’étude de la kabbale), une spiritualité juive (Le Monde), au cœur de la mystique juive (Histoire & Civilisations), forme de mysticisme juif (World History Encyclopedia)

Image : Pinterest