Épona

Déesse majeure du panthéon gaulois, Épona est associée au cheval.

Divinités gauloise parmi les plus connues, Épona a donné son nom à la jument de Link, dans la saga Legend of Zelda. Le choix de ce nom n’est pas anodin, puisque la déesse est associée au cheval, qui était un animal emblématique dans les hiérarchies gauloises. Son nom, qui signifie Grande jument est un dérivé du mot épos signifiant cheval.

Epona est représentée sous les traits d’une jeune femme aux cheveux longs, montant une jument en amazone (sans selle), coiffée dun diadème. Parfois la jument possède une corne d’abondance et il arrive qu’Épona tienne une corbeille de fruits. Dans les plus anciennes représentations, un poulain suit la jument et quelque fois, il est remplacé par une petite fille.

Épona

Ses attributions demeurent obscures, car si on sait qu’elle est la patronne des cavaliers et des voyageurs, certains récits parlant d’elle, présentent le voyage allant jusqu’à celui de la vie à la mort. Cependant la présence du poulain ou de la petite fille, qui représentent en quelque sorte la nouvelle génération et donc la vie remettent en question cette théorie. Elle aurait donc également le rôle de conduire les âmes des défunts. La présence de la corne d’abondance ou de la corbeille de fruit la désigne parfois comme une déesse de la fécondité, que cela soit dans le sens du sol ou celui de la maternité.

Lorsque les romains conquièrent les territoires celtes, ils tolérèrent qu’Épona continue à être vénérée et son culte perdura, car ils adoraient également les chevaux. De ce fait, on la retrouve en Italie et en Afrique du Nord. Cela en fait donc une des dernières déesses gauloises.

« A la déesse Épona, Mapilius Restio…, Voeux chaleureux et respectueux. »

Pierre de Soleure, Suisse.

Références

Image : Laiyla