L’enchantement de monstre

Rituel bien particulier, l’enchantement de monstre permet à un mage d’asservir une créature.

S’assurer les services d’un monstre nécessite un rituel, nommé l’enchantement de monstre. Il est plus ou moins long à effectuer, ceci dépendant du niveau de compétences du mage, de la méthode utilisée et du monstre. On peut convertir un monstre par un sort psychique, soumettant la créature à sa volonté, ou par un enchantement nécessitant divers ingrédients, gestes et formules magiques précises. La moindre erreur fait échouer le sortilège et il est  trop tard lorsque le monstre s’apprête à attaquer le lanceur du sort.

Malheureusement, tout ce qui a été réalisé peut être défait, et le monstre peut retrouver sa véritable nature. Cette situation peut générer de terribles conséquences pour le mage et ceux qui l’accompagne, le monstre redevenant très féroce. Cependant, avoir un tel allié avec soi est forcément un atout ; il faut donc mesurer les risques quand on ensorcelle un monstre…

On peut aussi en quelque sorte l’enchanter en l’élevant dès son plus jeune âge. On ne parle plus vraiment d’enchantement, mais le résultat est similaire ; la créature devient plus amicale, mais on est jamais à l’abri d’un revirement. C’est ce que font les elfes avec les dragons, les orcs avec les vouivres et les wyvernes ; ils les éduquent dès leur naissance pour pouvoir les chevaucher par la suite.

Autre solution ne faisant pas partie des rituels : celle du charme. C’est un enchantement de courte durée. Un dresseur, à l’aide d’un instrument de musique, émet un son plaisant destiné au monstre qui devient amical temporairement. C’est comparable au principe utilisé avec les appeaux pour les animaux.  Mais ici, les risques sont encore plus élevés, car le succès de l’opération est très incertain. Même si le son plaît au monstre, rien atteste qu’il ne va pas attaquer s’il est décidé de le faire.

Reste le domptage, la solution la plus dangereuse pour conquérir un monstre, car il s’agit d’obliger la créature à se soumettre. Beaucoup de monstres refusent cette servitude ; ils sont prêts à combattre à mort  pour vivre libres, comme beaucoup de dragons qui sont des créatures très indépendantes. C’est  la raison pour laquelle cette solution est très peu employée.

 

Références :

BD : Lanfeust de Troy (Tarquin, Arleston)

Jeux de plateaux : Warhammer (Games Workshop)