Le Naraka

Dernière mise à jour le par

Enfers hindous, le Naraka est un lieu de mise à l’épreuve et de rédemption pour obtenir la réincarnation.

Séjour infernal des défunt dans l’hindouisme, le Naraka a évolué au fil des siècles. Au IIème millénaire avant nôtre ère, il estun lieu souterrain où tous les défunts sont envoyés. Ils y sont répartis selon la noirceur de leur âme entre le karta signifiant le trou, le vavra signifiant la prison ou le parshana signifiant le gouffre.

Par la suite à travers le Rig-Veda et l’Atharva-Veda, les défunts son envoyés dans le royaume de Yama, le dieu des morts. Pour la première fois, le terme naraka apparaît pour désigner ces le royaume de souffrance vers leequel sont envoyées les mauvaises âmes.

Au VIIIème siècle avec les réformes de Shankara, élus et damnés sont distingués avec le renforcement du concept de la réincarnation (la samsâra). Ainsi les meilleures âmes se réincarnent jusqu’à atteindre le Nirvana, l’état de béatitude définitif. En ce qui concerne les mauvaises âmes, sont désignées comme telles les individualistes, avides de pouvoir et de richesse, poursuivant une chimère, ayant eu une vie de malheur et de déception. Pour les moins pires d’entre elles, la réincarnation leur est tout de même offerte, mais dans une être inférieur, plus charnel et matériel. Ce qui rend le Nirvana bien plus long à atteindre, pour elles, un séjour au Naraka étant parfois nécessaire avant d’y accéder. Quant aux âmes les plus sombres, elles sont condamnées pour l’éternité au Naraka.

“Celui qui s’unit à la vertu, la vertu le reçoit ; celui qui s’unit au mal, le mal reçoit.”

Lao-Tseu

Le voyage après la mort n’est pas de tout repos. Pour le rejoindre, il faut traverser des marais, des déserts, la rivière de sang de pus et d’urine Vaitaranê. Le défunt arrive ensuite devant le dieu Citragoupta qui énumère les bonnes et mauvaises actions. Si ces dernières sont majoritaires, alors il est envoyé au Naraka. Il est divisé en sept enfers, de plus en plus profonds, eux-même divisés en enfers secondaires. Le plus connu des sept est l’Asipattravana, la forêt aux feuilles-épées où les feuilles des arbres sont acérées et entaillent les défunts. Leur supplice ne s’arrête pas là, puisque lorsqu’ils s’écroulent, le sol est recouvert de cendres brûlantes et des chiens viennent les dévorer.

L’Asipattravana n’est pas le seul lieu de supplices du Naraka, puisque toutes les autres régions le sont également. Les supplices sont adaptés aux fautes commises par le défunt et on y trouve de tout : déchiquetage, dépeçage, écrasement, écartèlement, transpercement, dévorage, rôtissage, congélation. Mais à la fin des supplices, le défunt est réincarné car il y a toujours une fin à ces souffrances.

Naraka

Ce principe de plusieurs régions infernales au sein des enfers est très courante en orient. Dans le bouddhisme, on trouve dix huit régions infernales de chaleur et de froid, neufs enfers chez les chinois. Au Japon, on retrouve la lecture des bonne et mauvaises actions, ce qui rappelle la pesée des âmes en Egypte et les âmes les plus mauvaises subissent de nombreux tourments.

Références

Littérature : Rig-Veda et Atharva-Veda

Jeux vidéo : Asura’s Wrath (CyberConnect2), Atlantica Online (Nexon)

 

Lien externe (en) : Hell Realm (Learn Religions)

 

Image : Wikipédia