Ishtar

Dernière mise à jour le par

Déesse majeure, Ishtar est issue des mythes babyloniens et sumériens.

Introduction

Déesse de l’amour physique et de la guerre, on attribua à Ishtar, lorsque son culte atteignit son apogée, le pouvoir d’intervenir même sur la vie et la mort. Au moyen-orient, aucune autre divinité n’arriva à atteindre sa popularité.

On la retrouve sous diverses appellations : Ishtar chez les babyloniens et chez les akkadiens, Inanna chez les sumériens principalement. On la nomme également Astarté, Athtart, Ougarit, Shaushka ou Shaushga chez les hourrites,

Ishtar

Version sumérienne

Dans sa version sumérienne, Ishtar, est la fille du dieu-lune Sin ou d’Ishkur le dieu de la pluie. Elle fait partie des dieux planétaires, associée à Vénus. La grande cité d’Uruk est le lieu principal où on la vénère ; Ishtar en est la déesse tutélaire et le temple qui lui est dédié est nommé l’Eanna. L’entrée principale de la cité est également liée à elle, puisqu’elle se nomme la Porte d’Ishtar et elle est gardée par le Sirrush.

Rites et célébrations

Le rite le plus connu consacré à cette déesse est celui du mariage sacré. Propre à Uruk, il s’est ensuite généralisé vers la fin du IIIème millénaire. Chaque année, pour le nouvel an, le souverain d’Uruk, devait épouser une des prêtresse d’Ishtar afin que les terres du royaume soient fertiles et que ses femmes soient fécondes. La cérémonie se déroulait dans l’Eanna et était suivi de grandes festivités.

Références

Jeux vidéo : Fate/Grand Order (Type Moon)

 

Liens externes : La grande déesse Mythologie de la fertilité (Musée du Louvre), Stèle d’Arbèles (Musée du Louvre)

 

Image : Selina Fenech