La magie et la lune

La lune et ses phases influencent les arts magiques, si bien que l’on peut parler de magie lunaire, pour en tenir compte.

Quelque soit la magie pratiquée, la lune reste importante dans la pratique des arts magiques. Dans une utilisation courante de la magie, elle influence les sorts selon la phase dans laquelle elle se trouve. Elle est encore plus importante, quand elle est invoquée pour un rituel.

Ainsi la nouvelle lune est propice à la nouveauté, dans le sens où le sort apporte un changement. Un moment donc clé pour lancer un sort qui durerait un certain temps.

La lune dite croissante est celle allant vers la pleine lune. Elle favorise la création de nouveaux sorts et donc l’inventivité. Elle est la période principale de recherche des mages.

Pleine lune

La pleine lune est le moment où la magie est la plus puissante. Les mages en profitent pour effectuer leurs plus puissants sortilèges, honorer les déesses de la magie ou simplement l’astre lunaire. Ce que font couramment les sorcières durant leurs fêtes nocturnes où elles se retrouvent afin de rendre hommage à la lune.

Vint en dernier la lune décroissante, celle allant vers la nouvelle lune. Comme sa brillance décline, elle favorise tous les sorts drainant les énergies, enlevant quelque chose ou créant un éloignement.

Il existe cependant des moments où la lune augmente les risques d’échecs des sortilèges. C’est le cas quand elle se trouve entre deux signes du zodiaque d’après les astrologues. On dit que la lune est vide de course et donc qu’elle n’apporte aucun bénéfice. Ces périodes durent entre deux et trois heures en moyenne (d’une minute à une journée dans les extrêmes).

A noter qu’il est également dit d’éviter de lancer un sort quand Mercure est rétrogradée (quand sa course est plus courte que celle de la Terre) sauf en cas d’urgence ou si cela tombe un moment clé (début ou fin de contrat magique). Cela arrive trois, quatre fois par an et dure trois semaines. D’autres planètes peuvent influencer négativement les sorts, cependant si les périodes peuvent être assez longues, les effets sont moindres.

Dans certains cas, un rituel peut être en lien avec une divinité et chaque phase de la lune associée à un dieu dans la mythologie correspondante. Cela rajoute donc une donnée à prendre en compte par le mage, s’il désire obtenir la faveur du dieu concerné. On peut retrouver cette association des phases de la lune avec un dieu par exemple dans la mythologie babylonienne à travers certaines textes.

« Du premier au cinquième jour du mois, la lune est un croissant, placé sous le signe du dieu Anou.

Du sixième au dixième jour, pendant cinq jours, la lune est le rein du du dieu Ea.

Du onzième au quinzième jour du mois, pendant cinq jours, la lune est coiffée du couronne brillante, placée sous le signe du dieu Enlil. »

Texte akkadien

Tout mage se doit donc d’avoir des compétences en astrologie afin ou s’il veut optimiser ses sorts et sa pratique.

Dans les traditions, on donne un nom différent à la lune selon le mois de l’année :

  • Janvier : Lune du Loup
  • Février : Lune des Tempêtes
  • Mars : Lune du Ver
  • Avril : Lune Rose
  • Mai : Lune des Fleurs
  • Juin : Lune des Fraises
  • Juillet : Lune des Près
  • Août : Lune Rouge
  • Septembre : Lune des Moissons
  • Octobre : Lune du Sang
  • Novembre : Lune du Givre
  • Décembre : Lune Froide

Références

Image : ForWallpaper.com