Antigone

Personnage tragique Antigone est un personnage des mythes grecs théâtralisé plusieurs fois.

Œdipe et les origines

Faisant partie des conséquences du destin d’Œdipe, qui voulait qu’il tue son père et épouse sa mère malgré lui, Antigone est née de la relation incestueuse qui en résulta. Lorsque Œdipe s’en rendit compte, il s’en creva les yeux et Jocaste se suicida. Les frères d’Antigone, Étéocle et Polynice, chassèrent leur père de Thèbes, qui devint mendiant. Antigone ne put cependant se résoudre à l’abandonner et l’accompagna jusqu’à sa mort à Colone, où les Érinyes (les Furies) le tuèrent.

Antigone rentra à Thèbes auprès de sa sœur Ismène, mais un conflit y éclatait. Ses deux frères s’y disputaient le pouvoir et la rivalité devint guerre lorsque Polynice partit chercher l’aide d’Adraste le roi d’Argos.

La guerre contre les argiens

Polynice vint assiéger la ville avec l’aide des argiens. Les combats se déroulèrent aux portes de Thèbes et sont des plus violents. Étéocle et Polynice finirent par s’affronter et aucun des deux ne remporta le combat, les deux frères s’entretuant. Créon le frère de Jocaste reprit le pouvoir à Thèbes et finit par remporter la guerre. Antigone fut dans le même temps fiancée à Haemon, le fils de Créon.

Le temps d’honorer et d’enterrer les morts fut décrété par Créon, qui organisa de grandes funérailles pour ceux ayant combattu du côté de Thèbes. Cependant il décréta également que toute personne offrant une sépulture à un ennemi serait condamné à mort, les considérant comme des traîtres.

L’opposition d’Antigone

Ainsi Polynice serait privé des rites funèbres, son âme condamnée à ne jamais trouver le repos. Ce contre quoi était Antigone, ne voulant pas laisser son frère ainsi. Malgré les tentatives de dissuasion d’Ismène, Antigone ne changea pas d’avis, choisissant le parti de suivre les dieux et non les hommes.

« Je suis née pour partager l’amour et non la haine. »
Antigone, Sophocle

« Je ne croyais pas que tes édits eussent tant de pouvoir qu’ils permissent à un mortel de violer les lois divines […] »
Antigone, Sophocle

Malgré un dernier avertissement de Créon lui disant que la mort l’attendrait si elle faisait cela, Antigone alla un soir déposer de la terre sur la dépouille de Polynice, lui offrant ainsi le rite de l’ensevelissement. Cependant, un soldat la prit sur le fait et la traîna jusque devant Créon.

Antigone

Créon furieux, la condamna sur le champ, la faisant enfermer vivante dans le tombeau familial. Les supplications d’Haemon ne suffirent pas à le faire changer d’avis et Antigone se pendit dans le tombeau pour abréger son supplice, plutôt que de mourir de faim. Cela ne resta pas sans conséquences pour le roi de Thèbes, car Haemon se suicida sur le corps d’Antigone, puis Eurydice sa femme se suicida à son tour en apprenant la mort de son fils.

Références

Littérature : Antigone (Sophocle)

Théâtre : Antigone (J.Cocteau), Antigone (J.Anouilh)

BD : Antigone (G.Bagueira, C. Bruneau, L.Ferry)

 

Liens externes : de Jean Anouilh (aLaLettre)

 

Image : Antigone (G.Bagueira)