Les korrigans

Dernière mise à jour le par

Créatures du petit peuple, les korrigans sont issus de légendes bretonnes.

Présentation

Signifiant petits nains en breton, les korrigans font partie des créatures les plus populaires du folklore breton. Ils peuvent faire penser aux lutins ou aux gnomes, mais c’est une erreur souvent commise, puisque comme leur nom l’indique, ils sont étymologiquement des nains. De plus, malgré les similarités avec eux, ils se distinguent d’eux dans leur description complète.

Comme leur nom l’indique ils sont de petite taille, la peau noire et ridée et d’apparence assez chétive. Ils ont une grosse tête, souvent laide, avec de magnifiques cheveux et des yeux rouges et pouvant ensorceler les humains. Au XIXème siècle, on les décrit comme portant le costume traditionnel des paysans de basse Bretagne, avec le chapeau à large bords, le gilet et les sabots.

Korrigan

Mode de vie

On les trouve uniquement en Bretagne et principalement dans les sources, ainsi que les fontaines, mais surtout dans les grottes, les dolmens et les collines. la raison vient du fait qu’ils naissent, vivent et meurent sous terre, dans un royaume dirigé par la Reine des korrigans. Ils gardent jalousement un grand trésor dans leur domaine et sont donc très riches. On les dit parfois avares, parfois généreux avec ceux qui se montrent bons avec eux.

Ils se montrent surtout au printemps et en été, dansant autour d’un feu à l’arrivée des beaux jours. Ils attirent ainsi les humains dans ce rituel pour augmenter leur puissance, leurs victimes finissant tués ou envoyé dans une caverne souterraine. On raconte ainsi au Moyen Age que ce sont eux qui ont créé les ronds de sorcière. On leur attribua durant la christianisation les méfaits pouvant être arrivés à des prêtres.

S’ils ont l’air mauvais, parfois on les dit juste espiègles. Ils aiment jouer des tours, surtout à ceux qui leur auraient manqué de respect. Ils proposent parfois des défis et accordent un vœu à ceux qui le réussissent. Cependant en cas d’échec, c’est souvent la mort ou être emprisonné sous terre qui attend.

Références

BD : Les Contes du Korrigan (J-L.Istin, E.Le Breton, R.Le Breton)

 

Image : Pascal Moguerou (Pinterest)