Ixchel

Dernière modification le 10/05/2021 par Mibetama

Associée à l’eau et à la lune, Ixchel est une divinité maya aux différentes facettes.

Introduction

Ixchel (ou Ix Chel) se prononce ix-chel.  C’est une déesse de la lune et de l’eau associée au jaguar. Elle est à la fois l’épouse de Itzama (dieu du ciel), l’épouse de Kinich Ahau (dieu du soleil), ainsi que mère de plusieurs dieux.

Son nom vient de ix qui signifie dame et de chel qui veut dire arc-en-ciel. Pour les mayas, ce nom n’est pas signe de bonne augure. En effet, ils pensaient que les arcs-en-ciel  prenaient naissance dans un puits sec qu’ils nommaient l’anus de l’inframonde, et de ce fait, ils en avaient peur.

Cette déesse a différents aspects ; elle est à la fois protectrice de la vie, mais provoque la mort. Donc, ce qui fait d’elle la divinité qui régule le cycle de vie et de mort.

Description et fonctions

Ixchel est décrite comme une vieille femme acariâtre et peu engageante. Elle a un serpent enroulé autour de sa tête, et revêt un  pagne où sont accrochés des ossements destruction. Elle est peut-être aussi cannibale, car elle est souvent représentée  entourée de signes liés à la mort et à la destruction.

Ixchel ou Ix Chel

Divinité malveillante,  elle peut faire preuve de grande méchanceté en déclenchant des orages violents et ainsi, provoquer des inondations. C’est pourquoi, on la représente qui tient un vase duquel elle déverse les eaux primordiales. C’est ainsi, qu’avec le serpent, elle provoquera le Déluge et sera associée à la destruction du monde.

Cependant, la lune étant associée à la fertilité et à la maternité, Ixchel est également une protectrice des femmes qui préside les naissances. Cela en fait ainsi une patronne des médecins et des chamanes. Toutefois, les déesses associées à cela sont représentées comme des jeunes femmes fertiles et non comme une vieille femme. Donc, parfois, on voit Ixchel également sous les traits d’une magnifique jeune femme aux longs cheveux noirs, dotée d’oreilles et de griffes de jaguar, portant une lance et un bouclier qui montre son aspect guerrier.

Histoire

Tous les dieux étaient captivés par la beauté de Ixchel ; seul le dieu-soleil semblait y être insensible, alors que c’est lui que la déesse désirait. Elle espéra pendant de nombreuses années qu’il la remarqua, l’observant parcourir le ciel chaque jour, sans que jamais il ne lui prête attention.

Chaque fois qu’elle essayait de le suivre, sans s’en rendre compte, elle provoquait des marées, inondant tous les champs et détruisant les récoltes. Mais, Ixchel était aussi une grande tisseuse et se fit une magnifique robe. Un jour qu’elle la portait, le dieu-soleil finit quand même par remarquer cette déesse et tomba amoureux. Ils donnèrent naissance aux quatre dieux-jaguars, qui sortaient la nuit, le soleil étant absent. Chacun d’eux devinrent responsable d’un coin du ciel, donc des points cardinaux.

Malgré son bonheur, Ixchel est mise à l’épreuve plusieurs fois. La première fois, c’est son grand-père qui désapprouve son union avec le dieu-soleil. Pour la punir, il la frappe d’un éclair la tuant sur le coup. Ixchel, inanimée pendant cent quatre-vingt trois jours, entourée de libellules se réveille soudain et retourne auprès de son époux.

Plus tard, elle est victime de la jalousie excessive du dieu-soleil qui soupçonne son frère, Étoile du matin, d’avoir une relation avec elle. Sous la colère, il jette Ixchel hors du ciel ; elle se réfugie chez le dieu-vautour. Pris de remords, son époux découvrira son refuge et viendra la chercher en implorant son pardon, lui promettant de ne jamais plus recommencer.

Ixchel accepte mais très vite le dieu-soleil redevient colérique et jaloux. Alors, cette fois elle décide de partir pour de bon un soir où il était endormi, se transformant en jaguar pour qu’il ne puisse pas la retrouver la nuit. Elle s’installa sur l’île de Cozumel, son lieu sacré et sous sa protection s’occupa des femmes enceintes.  

Références

Comics : Hulk (J.Parker, A.Eaglesham)

Liens externes (en) : Sacred symbol of maya women (Ancient Origins), Maya Goddess (Yucata Today)

Image : Wikipédia