Houyi, l’archer céleste Yi

Grand héros chinois, Houyi est souvent comparé à Héraclès.

Également connu sous le nom de Houyi, l’archer céleste Yi est un personnage exceptionnel aux nombreux exploits. Alors qu’il vivait exilé des cieux, lors d’une chasse il rencontra Chang’e, une orpheline dont les parents avaient été dévorés par des bêtes. Comme il était assoiffé, Chang’e alla chercher de l’eau pour lui donner à boire. En échange Houyi lui donna une peau de renard. Ils tombèrent amoureux l’un de l’autre. Ils ne se quittèrent plus voyageant ensemble et étant mariés l’Empereur Céleste condamna Houyi à rester définitivement sur Terre. C’est par la suite que sa légende débuta.

Les dix soleils étaient frères et vivaient près du grand lac Tanggu, dans le haut des branches de l’immense mûrier Fusang. Tous les matins, Xihe, leur mère et femme de Empereur Céleste,les baignait dans les eaux du lac où ils jouaient après toute la journée dedans. Sous ordre de l’Empereur, chaque jour un des frères était emmené par Xihe sur son char tiré par six dragons pour qu’il parcoure le ciel d’Est en Ouest.

Chaque sortie était une fête pour les frères car ils trouvaient le fait de parcourir le ciel plus amusant que de jouer dans le lac. Un jour ils échappèrent à leur mère et ils apparurent en même temps dans les cieux, brûlant la terre et asséchant les rivières. L’empereur Yao appela la chamane Nüchou. Elle avait de grands pouvoirs et pouvait parcourir ciel, terre et mer en une journée. Mais la chaleur était si forte qu’elle mourut. L’empereur Yao se tourna alors vers l’Empereur Céleste Jun.

Furieux que les fils de Xihe étaient la cause des ravages sur terre, il appela le chasseur d’élite nommé Houyi. Il lui demanda d’abattre les soleils avec ses flèches, pour les punir et afin que la terre redevienne comme avant. Pour cela il lui remit un arc rouge et dix flèches blanches. Houyi alla trouver les soleils et commença à les abattre un par un. Alors qu’il allait abattre le dernier, l’Empereur Céleste l’arrêta car tuer le soleil revenait à tuer et la vie et l’un devait donc survivre. Houyi obéit et la température sur Terre baissa, la végétation reprenant vie.

Houyi

Malgré sa mission accomplie, Houyi ne fut pas récompensé, l’Empereur Céleste lui refusant la boisson d’immortalité. Ceci déçu Chang’e qui lui reprocha souvent de ne pas l’avoir eu et pour la première fois ils se disputèrent. Houyi trouva réconfort auprès de Mifei, nymphe de la rivière Luo dont le mari, Hebo, comte du Fleuve Jaune était volage, obligeant les hommes à lui donner de leurs filles régulièrement. En apprenant l’idylle entre Houyi et Mifei, Hebo fut furieux et sous la forme d’un dragon blanc, il inonda tout sur son passage.

L’empereur Yao appela Houyi, qui au moment où Hebo sortit des eaux, lui décocha une flèche dans l’oeil. Criant de douleur, Hebo alla se réfugia chez l’Empereur Céleste, pour se plaindre de Houyi. Mais compte tenu de ses actes, il ne reçut aucune pitié ni justice et il fit retourner les eaux dans leur lit. Après cela, Mifei jugea qu’il valait mieux que sa relation s’arrête avec Houyi.

Houyi reprit sa vie d’exilé tuant les bêtes sauvages et monstres dévoreurs d’hommes pour apporter la paix. Le premier monstre qu’il tua fut Yayu de la Grande Plaine, un buffle aux poils longs rouges, pourvu d’un visage humain et de sabots de cheval. Houyi le traqua jusque dans son repaire et le tua d’une flèche alors qu’il rongeait un ossement humain.

Il tua ensuite Zuochi, un monstre des eaux, aux dents acérées et à la peau dures comme le fer. Il guettait ses victimes pour les entraîner et les dévorer dans les eaux, semant la terreur. Houyi le défia et lui décocha une flèche au moment où il ouvrit sa gueule.

Le suivant fut Jiuying de la rivière Xiang, un monstre à neuf têtes cracheuses de feu. Chaque fois qu’on blessait une tête, les autres devenaient plus féroces, si bien que nul ne parvenait à tuer la créature. Houyi utilisa sa rapidité et décocha ses flèches sur chaque tête, assez vite pour qu’elles n’aient pas le temps de réagir.

Après un combat acharné, il tua ensuite le serpent Ba, vivant près du lac Dongting. Le monstre était si gros qu’il pouvait avaler un éléphant et il fallut plusieurs heures à Houyi pour le vaincre.

Le dernier des monstres était le phénix Dafeng. Ses ailes étaient si grandes qu’il provoquait des tornadesHouyi parvient à lui blesser une aile, mais l’oiseau allait chaque se soigner pour revenir. Pour le vaincre, Houyi mit un fil à sa flèche et quand Dafeng s’envola il le tira vers lui pour le tuer d’un coup d’épée. Ensuite il tua le sanglier géant Fengxi et le renard Fenghu.

Après tous ces exploits, Houyi était devenu un grand héros et cela le rapprocha de nouveau de Chang’e. Malheureusement, il n’était pas redevenu immortel et ne pouvait offrir l’immortalité à sa femme. Accompagné de Chang’e, il monta une expédition vers l’Ouest afin de retrouver Xiwangmu, la chef des Immortelles, dont le palais possédait un jardin dans lequel poussait des plantes conférant l’immortalité. Leur voyage fut très dur et Houyi dû faire preuve à de nombreuses fois d’ingéniosité pour qu’ils puissent franchir les obstacles qui se dressaient sur leur chemin.

Ils finirent par atteindre leur destination et Xiwangmu lui prépara un élixir (ou lui donna sa dernière pilule d’immortalité) qu’il pourrait partager avec Chang’e lorsqu’ils seraient vieux à un moment faste. De retour il enferma l’élixir dans une boite, après avoir répété à sa femme les instructions de Xiwangmu. Un jour, alors qu’il était parti à la chasse, Chang’e ne résista pas à la tentation de connaître l’immortalité et but sa moitié. Surprise par Houyi, elle avala tout le reste de l’élixir sans réfléchir. Les Immortels ayant le don de voler, Chang’e obtint cette capacité. Mais comme elle avait bu le double de la dose qu’elle devait absorber, elle perdit le contrôle de son corps et se retrouva sur la lune. Elle y resta a jamais, séparée de Houyi et des humains, vivant dans un palais de Jade, accompagnée de trois personnages : Wugang un apprenti immortel exilé qui passe ses journées à couper un arbre repoussant sans cesse, un lapin apothicaire et un crapaud. Elle est souvent considérée comme une déesse lunaire voire même de la lune pour cela.

Deux autres versions expliquent différemment pourquoi Chang’e bu la potion. Selon l’une d’elle, suite à son exploit avec les soleils, Houyi devint empereur, mais le pouvoir le rendit tyrannique. Chang’e bu l’élixir pour l’empêcher de devenir plus puissant. La dernière version dit que Houyi avait un disciple, nommé Feng Meng qui désira s’emparer de l’élixir. Alors qu’il était absent, Feng Meng essaya de s’en emparer, menaçant Chang’e qui la bu pour l’empêcher d’arriver à ses fins. Quand Houyi rentra, il découvrit ce qui s’était passé et essaya de tuer Feng Meng, mais il arriva à s’échapper. Après cela, Houyi fit installer un autel dans son jardin et les nuits de pleine lune, il y déposait des friandises que sa femme aimait.

Il existe une autre version sur la fin de cette histoire qui dit que Feng Meng guetta Houyi sachant que celui-ci allait vouloir le tuer et le blessa mortellement avec un gourdin. Les autres disciples de Houyi retrouvèrent Feng Meng et l’attachèrent à un arbre pour le transpercer de flèches.

En plus du fait que l’histoire de Chang’e et Houyi rappelle un peu celle de Pandore et Prométhée, il existe des points communs entre Houyi et Héraclès. Les deux héros sont des tueurs de monstres, ont cherché les fruits ou plantes donnant l’immortalité (Héraclès alla pour son onzième travail avec les pommes du Jardin des Hespérides) et connurent une fin tragique tués par leur femme. Houyi fut tué dans certains récits par sa femme Fufei qui serait Chang’e sous un autre nom, quant à Héraclès, il fut tué par Déjanire.

 

Références :

Jeux vidéo : SMITE (Hi-Rez Studios)