Thulé

Dernière mise à jour le par

Cité légendaire, Thulé est dans l’antiquité grecque le lieu le plus éloigné aux confins du monde.

Antiquité grecque

C’est l’explorateur Pythéas qui évoque Thulé dans son rapport Sous l’Océan pour la première fois. Cet explorateur localise cette cité de feu et de glace aux confins du Nord de l’océan Atlantique, à six heures de navigation depuis l’Angleterre. Ce qui la situerait non loin du cercle polaire. Les habitants de la cité sont essentiellement des cultivateurs de blés et des éleveurs d’abeilles.

D’autres personnes en parleront après lui tels que Érastophène, Pline l’Ancien, puis Virgile, qui précisera sa location plus éloignée que l’Hyperborée et donc comme le lieu le plus lointain du monde connu.

Par la suite l’auteur Strabon intervint sur le sujet. Ce dernier évoqua dans ses écrits, que Pythéas n’avait pas probablement pas menti sur la description de Thulé, compte tenu que les autres contrées dont il avait parlé auparavant étaient devenues connues de tous. Cependant, Strabon remit en cause la localisation de la cité, bien trop au nord, dans des régions glacièresrien ne pouvait y pousser, être cultivé et donc rendant complexe toute vie.

« Tous sortent de la mort comme l’on sort d’un songe.
Les corps par les tyrans autrefois déchirés
Se sont en un moment en leurs corps asserrés,
Bien qu’un bras ait vogué par la mer écumeuse
De l’Afrique brûlée en Thulé froiduleuse.
Les cendres des brûlés volent de toutes parts ;
Les brins, plutôt unis qu’ils ne furent épars,
Viennent à leur poteau, en cette heureuse  place,
Riant au ciel riant, d’une agréable audace. »

A.D’Aubigné, Les Tragiques

Moyen-âge et périodes suivantes

Au Moyen-âge on désigna l’Islande comme étant Thulé, le cercle polaire étant nommé Ultima Thulé. On trouve même des cartes où le lieu est représenté. Bien plus tard la Société de Thulé, associée au mouvement nazi, relia Thulé à l’Hyperborée, en faisant le berceau de la race aryenne.

Malgré tout, comme pour l’Atlantide et les autres cités ou régions englouties, peu d’informations attestent véritablement de son existence. Ce qui n’empêche pas que Thulé alimenta de nombreuses légendes durant l’antiquité et fut longtemps cherchée, jusqu’à finir par être délaissée du côté des archéologues et explorateurs. Son nom reste depuis utilisé dans des domaines divers, pour des choses en lien avec le cercle polaire ou le Grand Nord américain : bases militaires, peuples,…

Bien que n’étant plus un sujet de recherche et de théorie comme l’est encore l’Atlantide aujourd’hui, elle n’est donc pas oubliée, évoquée dans des récits poétiques et de l’imaginaire.

Références

Littérature : Les merveilles incroyables au-delà de Thulé (A.Diogènes), Géorgiques (Virgile), Les Tragiques (A.d’Aubigné)