Dernière modification le 03/12/2022.

Séjour des âmes, le paradis est le lieu réservé aux plus pures et méritantes.

Introduction

Si beaucoup de mythologies possèdent des enfers, beaucoup ont également leurs paradis, un lieu de paix, récompense pour une vie menée sans faute après la mort. Son accès est souvent différent, souvent à cause d’un conception de la mort et du passage dans l’autre-monde différents.

Paradis

Le point commun dans chacun est que les défunts qui y accèdent y retrouvent un semblable de l’Âge d’Or que l’humanité a perdu après sa naissance. Cependant, il ne s’agit bien que d’un semblant de cette période, car les différences sont notables.

Description

Le séjour des âmes pures

Dans ce cas, le paradis est un lieu toujours immatériel qui se situe sur un autre plan que le terrestre. Il se situe par exemple dans les cieux, dans une région des Enfers chez les grecs. Des paradis comme le Jardin d’Éden dans le christianisme, les Champs Elysées grecs ou les Champs d’Ialou sont des lieux de vie paisible pour l’éternité, d’autres ont un rôle différent.

Le séjour des guerriers

Chez les nordiques, le paradis est une tout autre conception. Il s’agit du Valhalla, le séjour des guerriers élus, des einherjars. Ils sont sélectionnés par les Valkyries pour Odin lors du Ragnarök. Si en attendant ce jour ils mènent une vie de chants, de banquets et toutes autres activités dignes de guerriers, cela n’est pas une vie paisible éternelle qui leur est offerte. Le plus grand combat qu’un guerrier puisse rêver les attend.

Un concept spirituel

Venant de l’hindouisme, on pense parfois à tort le Nirvana comme un paradis. D’autant qu’il existe avec le Naraka des enfers qui peut renforcer la confusion. Toutefois, le Nirvana n’est pas un séjour des âmes pures mais un concept. Il est l’objectif ultime dans le bouddhisme, un éveil, une illumination, une libération de l’âme. Toutefois, dans certaines visions, les âmes atteignant le Nirvana peuvent si elles le désirent quitter le cycle de vie-mort-renaissance et donc accéder à une forme de paradis.

L’absence de paradis

Bien qu’ayant été à l’origine de nombreux mythes du bassin méditerranéen, on pourrait penser que les mésopotamiens ont dans leurs mythes un paradis. Cela n’est pas le cas, toutes les âmes séjournent aux enfers, où elles vivent dans les ténèbres pour l’éternité.

On retrouve également ce cas chez les celtes avec le Sidh, l’Autre-monde qui est le séjour des âmes. Il n’y a pas de concept d’enfer et de paradis, séparant les âmes selon leur actes de leur vivants.

Références

Image : Wikipédia