La Churel

Dernière modification le 02/04/2021 par Ervael

Démone la Churel est une créature populaire en Asie.

Introduction

Définie comme une démone revenante, la Churel se trouve dans plusieurs pays de l’Asie, principalement l’Inde, le Bangladesh et le Pakistan où elle est très populaire. Elle fait partie des esprits de femmes revenant d’entre les morts pour se venger d’hommes.

On la trouve également sous les noms de Churreyl, Chudail, Chudel, Churail, Curail ou Cudel.

Origine

Le mythe de la Churel trouve ses origines en Perse. Deviennent Churel les femmes mourant durant leur grossesse. La légende s’exporta ensuite, s’étendant aux femmes mourant durant l’accouchement. La raison de cette transformation vient du fait qu’en Inde une femme est considérée comme impure durant sa grossesse et les vingt jours suivant l’accouchement. Ainsi en cas de de décès durant cette période, elle est en quelque sorte maudite.

Dans le nord de l’Inde, une femme peut devenir Churel dans le cas d’un décès dans son lit et on trouve son pendant masculin que l’on nomme le Bhoot.

On l’associe parfois aux Râkshasas, les démons hindous ou on en fait des dakinis, des esprits féminins au service de la déesse Kâlî, l’assistant dans ses rites.

Description

La Churel est une femme hideuse ne portant aucun vêtement, parfois avec un visage porcin. Il arrive qu’elle n’ait pas de bouche, mais quand elle en a une, on la décrit aux lèvres fines et à la langue noire. Elle a de longs cheveux sauvages brillants descendants, jusqu’au bas de son dos et ses mains sont griffues.

Afin de tromper les hommes et se venger, elle peut changer son apparence pour celle d’une belle jeune femme habillée en blanc, portant une lanterne pour se déplacer la nuit. Au Bengale et au Bangladesh, elle porte un sari blanc et rouge, tenue traditionnelle de la femme mariée. On la trouve généralement dans les cimetières, près de tombeaux, à des carrefours (lieux propices au surnaturel), sur des champs de bataille abandonnés, sur le pas de portes.

Tout homme la rencontrant peut devenir sa victime, comme les hommes célibataires ; elle peut venir les séduire pour ensuite les entraîner vers leur mort. Ceux l’ayant simplement vu peuvent également mourir, victimes d’une maladie mortelle.

En Perse, les voyageurs évitaient de prendre la direction de la Churel lorsqu’ils voyaient les traces de ses pas. Toutefois, la Churel inversait toujours les traces de ses pas, ainsi nul ne pouvait y échapper, car prendre la direction opposée de ses pas revenait d’aller vers elle.

Types de Churels

Les récits distinguent trois types de Churel : les Soshi Churels, les Poshi Churels et les Toshi Churels.

Les Shoshi Churels sont les plus communes, celles ayant été victimes des mauvais soins de leurs familles et se vengeant. Si on en croise une et qu’on répond à son appel, alors la mort est sans doute assurée. Elle se venge de sa famille en priorité, y visant ses hommes, commençant par le plus jeune. Une fois tous les hommes de sa famille tués, elle ne s’arrête pas et part trouver de nouvelles victimes. Lorsqu’un homme tombe entre ses griffes, elle le vide de son sang jusqu’à ce qu’il ne soit plus qu’un vieil homme rachitique, puis passe au suivant.

Les Poshi Churels sont des femmes n’ayant pas eu de désir sexuel durant leur vie et ont eu des enfants par fidélité à leur maris.

Les Toshi Churels sont les plus rares, car ce sont les seules ne faisant pas preuve de cruauté ou de vengeance, restant fidèles à leur mari et revenant pour les protéger ainsi que ses enfants.

Prévention et guérison

Le meilleur moyen de se prémunir d’une Churel est de tout simplement prendre grande soin des femmes enceintes afin d’éviter tout décès. Durant les différents cycles de la femme, dès ses premiers, on récite diverses incantations pour la protéger.

Dans le cas où il lui arriverait malheur, on commence par sortir son corps par une autre porte que la principale de la maison, pour qu’elle ne la retrouve pas. Parfois on lui cloue les orteils et les doigts ou on les lie avec des anneaux en fer. Son cercueil est ensuite brûlé puis jeté à la rivière.

Dans certaines régions on remplit sa tombe d’épines et de lourdes pierres pour l’empêcher de sortir la nuit. Dans d’autres on sème des grains de moutarde là où elle est décédée, car lorsqu’elle revient la nuit, la moutarde l’attire. Le temps qu’elle ramasse les grains, le jour se lève et elle retourne d’où elle vient.

Références

Cinéma : Bhoot Part One : The Haunted Ship (B.Pratap Singh)

Jeux vidéo : World of Warcraft (Blizzard)