Alphabet antique irlandais, l’ogham ou écriture oghamique est aussi un langage magique.

Introduction

Écriture primitive ou antique irlandaise, l’ogham (ou ogam) est un alphabet très ancien qui fut à l’origine du vieil irlandais. Très ancien, on trouve des centaines d’inscriptions en écriture oghamique en Irlande et en Grande-Bretagne. Son nom viendrait du dieu Ogma, patron de la poésie qui les aurait créé ou du mot gaélique og-úaim signifiant point de taille.

L’ogham est utilisé pour des textes assez courts et principalement pour des noms de personnes. On s’en sert également en magie.

Ogham

Origines

Si les inscriptions retrouvées en ogham datent des V et VIième siècles, on estime les premières inscriptions du IVème siècle. Toutefois, il est fort probable que leur création soit plus ancienne. Un des arguments appuyant cela est en lien avec le héros Cu Chulainn, qui maîtrisait l’ogham. Mais en étudiant les descriptions de son char, on constate qu’il s’agit d’un modèle abandonné au Ier siècle av J.-C.

Les mythes lui donnent pour origines le Tuatha Dé Danann Ogma, qui pour prouver son intelligence, conçoit cet alphabet pour les érudits, tenant les rustres et les bergers à l’écart.

Description

L’écriture oghamique se pratique le plus souvent sur des pierres (souvent funéraires ou des bornes), des monuments ou des morceaux de bois. Cette écriture repose sur un alphabet de vingt lettres nommées feda (fid au singulier). Chaque lettre se trace sous la forme d’encoches (ou de traits) de directions et de longueurs différentes. Il n’y a pas de traits verticaux.

Quatre groupes de cinq de lettres répartissent les lettres en fonction de la direction de leurs traits (vers la gauche, vers la droite, au milieu, en diagonale). Ces groupes on pour nom les aicmi (aicme au singulier).

Plus tard on a ajouté un cinquième groupe de lettres (les forfeda). Les lettres ne sont plus de simples traits, mais de simples formes.

Ogham ou écriture oghamique (lettres et groupes)

Utilisation divinatoire

Au XIXème siècle, dans la littérature, cultures celte, germanique et ésotérique se mêlent et l’ogham devient un système magique. L’ogham est alors un langage utilisé par les druides. Il est assez proche des runes ; il sert pour des formules magiques et écritures runiques, mais surtout pour la divination. Pour cette dernière, on pratique une sorte de tarot divinatoire dans lequel de petits bâtons représentent les lettres de l’ogham. Une utilisation moderne de l’ogham, complètement différente de la divination comme elle est pratiquée dans le druidisme.

C’est ainsi que la fiction s’est mélangée à la réalité. Bien que devenue écriture magique des druides, rien dans l’archéologie n’a montré que l’ogham était autre chose qu’un système d’écriture courant.

Références

Liens externes (fr) : irlandais archaïque (World History Encyclopedia), écriture ancienne d’Irlande (Guide Irlande)

Images : image 1, image 2 (Wikipédia)

Dernière modification le 20/08/2022 par Ervael