Kojiki

Recueil de mythes, le Kojiki est le plus grand ouvrage sur la mythologie japonaise.

Présentation

Également connu sous la prononciation Furokoto Fumi, le Kojiki, signifiant Recueil des choses anciennes ou Notes sur les faits du passé, est l’écrit le plus ancien de la littérature japonaise. C’est une référence dans le shintoïsme, qui s’est basé sur lui et donc sur la mythologie japonaise.

Cet ouvrage a été commandé à Hieda no Are, un descendant de Uzume la déesse de la Gaïté, par l’empereur Temmu, dans la volonté de poser une histoire officielle au Japon. Hieda no Are réalisa cette tâche avec le chroniqueur O no Yasumaro et ils achevèrent le Kojiki en 712. Ils le remirent à l’impératrice Gemmei, Temmu étant décédé entre temps.

« Nous avons ouï dire que les chroniques des empereurs, aussi bien que les traditions que détiennent les clans, divergent de la droite vérité, que l’on y a rajouté de vaines faussetés. Que si, en ce temps présent, ces erreurs n’étaient redressées, avant que nombre d’années ne se fussent écoulées, ce qui est leur raison d’être serait détruit. C’est à savoir les structures de l’État, les fondements de la Vertu royale. Ce pourquoi nous voulons que soient recueillies et enregistrées les chroniques des empereurs, que soient vérifiées et examinées les traditions, que soit effacé le faux et fixé le vrai, et qu’il soit ainsi transmis aux siècles à venir. »
Préface du Kojiki

Contenu

Le Kojiji est une compilation des mythes racontant la création du monde, de la naissance des dieux et de la formation du Japon. C’est un ouvrage complexe par con contenu. Il mélange à la fois poèmes, chansons et récits, parfois certains écrits en chinois, parfois le mélangeant avec du japonais. Ce sont surtout les chansons qui sont écrites en chinois, les caractères de cette langue permettant de traduire les sons.

Kojiki

Il se divise en trois parties :

  • Le Kamitsumaki, le rouleau précédent, consacré à l’origine du monde, Amaterasu et son petit-fils Ninigi qui sera le premier empereur.
  • Le Nakatsumaki, le rouleur intermédiaire, parlant de la conquête du Japon, des premiers empereurs et de la légende de Yamato Takeru.
  • Le Shimotsumaki, le dernier rouleau, raconte l’histoire du Japon jusqu’à l’impératrice Suiko qui régna de 593 à 628.

Références

Lien externe (en) : The KOJ-IKI (Sacred Texts)

 

Image : Wikipédia