Mithra

Dernière modification le 10/10/2020 par Ervael

Dieu du soleil et de l’amitié, Mithra est un des dieux majeurs védiques vénéré par les romains.

Introduction

Fils du dieu perse Anahita, Mithra partage la souveraineté dans la période védique dans l’hindouisme avec Varuna. Son nom signifie en sanskrit traité.

Il est mentionné pour la première fois dans l’Avesta, un ouvrage religieux perse du XIVème siècle avant J.-C. Il appartient alors au mazdéisme, dont le dieu majeur est Ahura Mazdha. Le culte de Mithra s’exporta ensuite vers l’Inde quand certains fuiront d’Iran la domination musulmane.

Bien qu’il soit donc à l’origine un dieu indo-iranien, le culte de Mithra s’est répandu jusqu’à Rome à partir de 66 avant J.-C selon Plutarque. Il y est devenu très populaire, sa notoriété dépassant même certains dieux greco-romains.

Histoire

L’histoire de Mithra se découpe en trois partie peu détaillées. Cela débute par la pétrogenèse, sa naissance au solstice de l’hiver. Une scène où il est représenté tenant une torche et un couteau, qu’il utilisera plus tard pour vaincre un taureau.

Vient ensuite le miracle de l’eauMithra décoche une flèche sur un rocher duquel coule ensuite une eau salutaire. On appelle également cette scène Mithra sagittarius.

Reste le transitus, connu aussi sous le nom de la poursuite du taureau. Mithra pour capturer un taureau, le chevauche jusqu’à que l’animal s’épuise. Il l’achève ensuite avec son couteau et le porte ensuite sur ses épaules. Une scène que l’on retrouve représentée sur des stèles et qui est importante dans sa symbolique, car dans le mazdéisme le taureau est le premier être vivant créé.

Fonctions

Alors que Varuna régit l’ordre du monde avec rigidité, imposant des limites et gérant les forces de la nature, Mithra est un dieu lumineux et solaire, qui se veut plus bienveillant. Il est proche des hommes, incarnant l’autorité spirituelle pour les guider, leur servant de médiateur pour apporter la paix. Dans le duo qu’il forme avec Varuna, Mithra a donc la souveraineté juridique.

Chez les romains, il régit la courses des astres, protège les troupeaux et les défenseurs des territoires, soit les soldats.

Culte

La popularité de Mithra se fit assez grande, puisqu’elle s’étendit dans tout l’Empire romain sous le nom de mithraïsme. Si on ne connaît pas exactement ce qui constituait ce culte, faute de texte de référence, on sait qu’il prônait les valeurs d’amitiés et de loyauté.

On sait toutefois qu’il était surtout très populaire dans les armées et chez les centurions, ainsi que chez les commerçants. Il était également adulé par certains empereurs, qui voulaient en faire le dieu principal de l’Empire romain. Cependant l’arrivée du Christianisme mit un terme à la montée du mithraïsme, considéré désormais comme païen.

On retrouve des sanctuaires dédiés à Mithra dans toute l’Europe et en Afrique du Nord. On les nomme mithraeum ou mithrée.

Références

Lien externe : Découverte d’un sanctuaire en Corse (France Culture), Découverte inattendue à Lucciana (Le point Sciences)