La création de l’homme

Naissance de l’humanité, la création de l’homme est une étape importante dans toutes les mythologies.

L’humanité est toujours née par les dieux dans les mythes pour peupler la terre, mais on trouve la plupart du temps plusieurs versions de la création de l’homme au sein d’une même mythologie. Tout commence souvent par la question de comment procéder. Si les dieux sont nés du chaos originel, les hommes ne peuvent pas l’être. Ainsi ils utilisent des matériaux premiers, les restes d’un géant démembré, ce que l’on trouve dans plusieurs récits sur la création du monde ou ceux d’un être primordial comme Tiamat chez les sumériens, Ymir chez les nordiques.

Parmi les matières premières, la terre est la plus souvent utilisée et plus précisément l’argile pour ses capacités de modelage. Les sumériens qui inventèrent les premières poteries, racontent dans des textes cela :

“La déesse Mami prit quatorze poignées d’argile.
Elle plaça sept poignées à droite.
Elle plaça sept poignées à gauche.
Au milieu, elle plaça une brique.
Ea, agenouillé sur une natte, ouvrit le nombril des figurines.
Des deux groupes, sept produisirent des hommes.
Sept produisirent des femmes.
La déesse qui crée les destins
Les compléta par paires. Mami
Dessina des formes humaines.”
La naissance du monde, sources orientales

Par la suite, après avoir vaincu Tiamat et créé les hommes avec l’aide d’EaMarduk perfectionna l’homme, en lui donnant la vie. C’est l’argile qu’utilise également Épiméthée pour créer les animaux et que son frère Prométhée prend également pour créer l’homme. Chez les égyptiens, il existe deux versions, une où c’est le dieu créateur Khnoum qui étant potier, façonna l’homme et une autre où c’est le dieu artisan Ptah qui les crée.

Il faut noter que dans certains mythes, les dieux ne songèrent pas toujours à créer les deux sexes au départ. Cependant certains y pensèrent comme Ea et Mami chez les sumériens, Odin chez les nordiques qui créa la femme à partir du frêne et de l’aulne. Dans le cas où les deux sexes ne furent pas créés au début, les premiers êtres composant l’humanité sont des êtres androgynes. Coupés en deux ils donneront les deux sexes, ceci entraînant l’attirance entre les deux parties et donc sexes, chacun désirant retrouver son autre moitié. On trouve cela dans les mythes grecs par Platon. Le premier être est un androgyne doté de huit membres. Platon raconte que les jugeant trop puissants, Zeus coupa en deux les premiers hommes pour les affaiblir et les multiplier. Il demanda ensuite à Apollon de les soigner, donnant ainsi naissance aux deux sexes. Les dieux créèrent ensuite la sexualité, afin qu’hommes et femmes puissent se reproduire. Dans la version védique des mythes hindoustous les êtres descendent de l’être primitif Purusha, on retrouve également ce principe.

« Le Mâle a mille têtes,
il a mille yeux, mille pieds.
Couvrant la terre de part en part,
il la dépasse encore de dix doigts.
Le Mâle n’est autre que cet univers,
ce qui est passé, ce qui est à venir (…)
Tous les êtres sont un quartier de lui. »
Veda

Certaines interprétations disent cependant que de sa séparation ne naissent que deux êtres : l’homme et la femme.

“A l’origine Purusha existait seul. Il avait l’ampleur d’un homme et d’une femme qui se tiennent embrassés. Il se divisa en deux : de là naquirent l’époux et l’épouse.”
Traité d’histoire des religions, M.Eliade

A travers ces personnages on trouve un point récurent dans les mythes. Quand les hommes sont conçus par des divinités secondaires ils ne sont pas parfaits, ce qui explique les imperfections de l’homme. Si Prométhée façonne l’homme à l’image des dieux dans leur apparence, ce qui outragea les divinités, ils en restent inférieurs car il n’a pas les capacités pour les copier véritablement. Cependant on voit avec Khnoum que quand l’homme est crée par un dieu ses imperfections sont volontaires.

Un autre cas est celui où les premiers hommes sont nés directement d’un dieu, mais de manière parfois involontaire. C’est le cas chez les hindous où Brahma crée les hommes en faisant tombant sa semence alors qu’il poursuivait sa fille Sarasvati ou Sandhyâ la fille de Shiva dans une autre version.

Références

Littérature : Rig-Veda, Le Banquet (Platon)

Peinture : La création d’Adam (Michel-Ange)

 

Lien externe : La création de l’homme par Prométhée (Musée du Louvre)