Miaoyin, Merveille de Bonté

Personnification de la bonté, Miaoyin dite Merveille de Bonté a eut un conte qui lui fut dédié.

Naissance de Miaoyin

La légende de Miaoyin débute avec, Miaozhuang le roi du royaume de Xiyu (entre Siam et l’Inde) qui après avoir mené des guerres pendant trois ans, se retrouva sans descendants. Afin de changer cela, il partit au Pic de l’Ouest du Milieu, sur le mont Hua avec sa femme Baiya. Il y pria et le dieu de la montagne l’entendit, envoyant ses deux serviteurs Regarde-à-mille-lis et Entend-à-mille-lis chercher des âmes perdues pouvant devenir la descendance de Miaozhuang.

Les deux serviteurs trouvèrent trois garçons, tués par des bandits qui voulaient leur prendre leur nourriture. Les bandits furent condamnés par l’Empereur de Jade, qui les enferma dans sa prison. Le dieu du mont Hua demanda leur libération, afin qu’en guise de rédemption ils deviennent enfants de Miaozhuang. Le roi eut ainsi trois enfants, nommés Merveille de Pureté (Miaoqing), Merveille de Mélodie (Miaochan) et Merveille de Bonté (Miaoyin).

La voie du Bouddha

Alors que ses sœurs furent mariées à de bons maris, Miaoyin refusa tout prétendant, et suivait les préceptes du Bouddha à la lettre, désirant même en devenir un. Son père furieux pour la punir l’exila dans les jardins de sa mère, mais Miaoyin en fut au contraire ravie, pouvant méditer toute la journée. Miaozhuang accepta alors qu’elle aille au couvent avec cinq cent nonnes pour y étudier encore plus les lois du Bouddha. Cependant, il demanda à la supérieure du couvent qu’elle dégoûte sa fille de cette voie là.

Bien que se retrouvant à préparer chaque jour le repas pour tout le monde, Miaoyin ne céda pas et l’Empereur de Jade intervint en sa faveur en appelant toute sa bureaucratie pour aider la jeune femme. Ainsi un dragon creusa un puit dans le couvent, des oiseaux venaient apporter à Miaoyin des légumes, un tigre lui amenait du bois, pour qu’elle prépare le repas sans difficulté.

Miaozhuang fut furieux de ce revers et envoya ses soldats pour brûler le couvent. Miaoyin se piqua le palais avec son épingle à cheveux et cracha du sang vers le ciel tout en l’invoquant. Aussitôt des nuages remplirent le ciel et une averse arrêta l’incendie. Miaoyin fut amenée devant son père et refusa toujours de se marier. Son père ordonna alors son exécution, mais le bourreau chargé de la tuer avec une lance, vit son arme tomber en miette. Le bourreau tenta alors de l’étrangler avec une écharpe en soie, mais un tigre débarqua pour sauver la jeune femme et l’emmena dans la forêt des Pins.

Les Enfers et le mont des Parfums

Cependant, Miaoyin était blessée, proche de la mort et arriva devant le tribunal des Enfers. Elle fut touchée par les supplices subis par les personnes qu’elle put voir et sa bonté transforma tous les instruments de torture en lotus. Face à cela, Yama le dieu des Enfers la fit escorter jusqu’en dehors des Enfers de peur qu’elle sème le chaos dans son royaume. Ainsi, Miaoyin revint à la vie où son corps, gardé par le tigre, était tombé dans la forêt des Pins.

Le Bouddha apparut et tenta de la faire renoncer au célibat, mais elle refusa à nouveau. Il lui donna alors une pêche d’immortalité afin qu’elle ne meure pas de faim jusqu’à la destination qu’il lui indiqua : le mont des Parfums de l’île de Putuo.

Elle y resta neuf ans où elle atteint la perfection, si bien que bodhisattva Dizang demanda sa consécration qui fut acceptée. Ainsi, Miaoyin fut proclamée par l’Assemblée des cinq pics, par cent vingt empereurs, par les Trois Mandarins, par les préposés au vent, à la pluie, à la foudre, par les Huit Immortels et le roi-dragon de la mer occidentale, souveraine du ciel, de la terre et de la Loi de Bouddha. Le mont des Parfums fut sa résidence.

A son service lui fut attribué l’ermite Talent de Bonté, qu’elle mit à l’épreuve. Elle demanda aux Immortels de se changer en brigands et de la poursuivre. Dans sa course, elle tomba dans un ravin et Talent de Bonté sauta pour la sauver. La générosité que montra l’ermite fit qu’il réussit son épreuve.

Par la suite, elle découvrit par sa vision transcendante qu’un fils du roi-dragon avait été péché après avoir pris la forme d’une carpe. Miaoyin envoya Talent de Bonté acheter la carpe pour la sauver et pour la récompenser, le roi-dragon lui offrit une perle lumineuse et le titre de suivante de la princesse.

La punition de Miaozhuang

Pendant ce temps, Miaozhuang avait été puni par l’Empereur de Jade qui lui avait donné une maladie de peau que seule Miaoyin pouvait guérir. Miaozhuang en souffrait au point d’offrir son trône à celui qui le soignerait. Miaoyin apprit la souffrance de son père et vint à lui sous l’apparence d’un bonze médecin, en disant que seule elle pouvait le sauver. Mais elle devait se procurer des ingrédients particuliers : un œil et une main de l’immortelle du mont des Parfums.

La reine envoya des soldats chercher les ingrédients, mais les maris des sœurs de Miaoyin ne virent guère d’un bon œil qu’un simple bonze monte et prenne le trône à leur place. Ils décidèrent alors d’empoisonner Miaozhuang et de tuer le bonze. Cependant Miaoyin le vit avec sa vision transcendante et fit tuer les deux comploteurs, épargnant ses deux sœurs, qui reçurent la visite d’un dieu. Il leur dit que leur sœur était en vie et qu’elles devaient atteindre la perfection pour la retrouver.

Au mont des Parfums, les soldats arrivèrent et Miaoyin était revenue pour les accueillir. Elle accepta leur demande et leur donna un de ses yeux et une de ses mains. Miaoyin revint ensuite auprès de son père sous sa forme de bonze et attendit le retour des soldats. Elle prépara le remède qui fit son effet immédiatement sur un des côtés de Miaozhuang, devant une reine émue de voir qu’il existait une même aussi bonne pour les avoir aidés. Pour l’autre côté de Miaozhuang, il fallait recommencer et l’opération fut renouvelée.

Rédemption et canonisation :

Miaozhuang totalement guérit, il voulu remettre le royaume au bonze comme annoncé, mais celui y renonça et disparut. Miaozhuang demanda à quoi ressemblait l’immortelle du mont des Parfums et à la description des soldats, il reconnu sa fille. Il décida alors de se rendre là-bas avec sa femme et ses deux autres filles. Ils y trouvèrent Miaoyin, désormais mutilée. Cependant, malgré leur bouleversement de la voir comme cela, Miaoyin leur dit qu’en implorant les cieux, elle serait guérie. Miaozhuang au sol avoua qu’il était un être mauvais pour avoir essayé de tuer sa fille qui était tant généreuse et qu’après tout cela, elle l’avait sauvé, saluant sa bonté. Après ses paroles, Miaoyin retrouva ses yeux et ses mains, Miaozhuang renonça au trône et resta sur le mont des Parfums pour chercher la perfection à son tour.

Par la suite, l’Empereur de Jade fit canoniser Miaoyin qui fut consacrée bodhisattva miséricordieuse, compatissante et secourable envers les humains. Ses sœurs le devinrent aussi, l’une bodhisattva vertueuse et belle, l’autre bodhisattva vertueuse et resplendissante. Miaozhuang quant à lui devint bodhisattva vertueux et vainqueur, intendant des immortels. Sa femme Baiya devint bodhisattva aux dix mille vertus, intendante des femmes célèbres.

Références

Lien externe (en) : The Godness of Mercy (Sacred Texts)