Test : Mistover

Dernière mise à jour le par

Dernier titre des créateurs de PUBG et du MMORGP TeraMistover est un titre d’un genre différents des autres du catalogue de Krafton. Sorti le mois dernier, sur Switch, PS4 et Steam, nous avons pu le tester dans cette dernière version et voici ce que nous en avons pensé.

Titre du jeu : Mistover
Genre : Dungeon Crawler RPG
Développeur : Krafton
Éditeur : Krafton
Plate-forme : PC – Steam
Sortie française : 10 Octobre 2019

Scénario

L’histoire prend place dans un monde ravagé suite à l’apparition d’un vortex duquel sortit d’innombrables créatures. Alors que tout semblait perdu et que l’humanité se voyait décimée, le vortex disparu soudainement.

Cependant l’humanité eut peur que la menace revint du vortex et créa les Corps, des groupes de mercenaires, envoyés en mission dans le vortex afin de s’en prémunir.

Le joueur débute son aventure dans le vortex où ayant perdu la mémoire, comme beaucoup d’autres ayant arpenté ce lieu dangereux. Il devient alors chef d’un groupe de Corps, dans le but de retrouver sa mémoire et enquêter sur des incidents récents liés au vortex.

Graphismes

Bien que réalisé par les créateurs de Tera et PUBG, Mistover s’éloigne de ces jeux là graphiquement. Il bénéficie d’une direction artistique en 2D, proche du dessin qui n’est pas sans nous déplaire. Peut-être ce style ne plaira-t’il pas à tout le monde mais il est reste de très bonne facture. Les animations des personnages que cela soit dans les cutscènes ou en combat sont bien réalisées et l’ensemble est fluide. On notera cependant peut-être des petits sauts dans les animations des personnages lors des attaques. Mais cela ne gène pas l’expérience.

Le seul détail qui nous a « marqué » dans les animations en combat et fait hausser un sourcil est au sujet de la prêtresse qui lorsqu’elle subit des dégâts, on peut se demander si elle a mal ou si elle prend du plaisir. Mais on peut trouver cela amusant aussi, car tous les personnages ont des réactions assez comiques. Aussi sombre soit l’univers du jeu et l’ambiance baignée de mystère, une part d’humour passe à travers les personnages.

Musiques et sons

Les musiques ne resteront pas dans les annales des bandes originales de jeux vidéo, cependant elles plongent bien le joueur dans l’ambiance du jeu, sans être trop répétitives.

Gameplay

Le système de jeu rappellera à la fois Heroes of Might and Magic et les RPG tactics. Dans un premier temps dans la ville, le joueur pourra recruter des héros aux différentes classes, acheter de items, prendre des missions. Il pourra aussi choisir les compétences des héros, qui peuvent en voir cinq lors des missions. Pour apprendre des nouvelles compétences, le système sera cependant un peu déconcertant. Pour cela il faut recruter un héros de la même classe possédant la compétence que l’on désire. Lors des missions notre héros gagne des points, qui lui permettent ensuite de débloquer la compétence. Le système oblige donc à avoir des doublons de classes et des héros que l’on recrute que le temps qu’ils aient enseigné leur compétence avant de les renvoyer.

La seconde phase est dans le vortex. On s’y déplace sur un damier en devant ramasser des objets, dont des clés pour ouvrir les coffres. Il va falloir gérer lors des déplacements deux ressources : la lumière pour éclairer sa route et sa faim. Chaque héros de son équipe possède une compétence dans le donjon. Cela peut-être pour se déplacer plus vite, détruire des obstacles, économiser de la lumière ou de la faim. Il faudra donc switcher entre les personnages durant les de’placements. Bien entendu, des monstres rodent dans le donjon. Il va donc falloir se déplacer de manière à les attaquer et non se faire attaquer. Penser ses déplacements est une clé des donjons. A la fois pour les combats et pour gérer ses ressources afin d’être en mesure de les nettoyer. Si on ne les a pas exploré assez, des missions peuvent échouer, obligeant de les recommencer (mais sans en avoir perdu l’expérience acquise).

Les combats se déroulent sur un damier au tour par tour. Chaque héros peut utiliser ses compétences tant qu’il a l’énergie disponible pour les lancer. Il y en a de tous les types, offensives, défensives, de soutien, monocîbles, touchant une rangée, une colonne, en croix,… . Il peut cependant récupérer de l’énergie en choisissant de bloquer. Là aussi les déplacements et les positions sont importants. Les compétences des personnages ont des portées variant en fonction de la ligne sur laquelle ils se trouvent. De plus il y a un système de combo entre héros, qui doivent se positionner d’une manière précise pour lancer des attaques spéciales. Le système de combat est riche et varié offrant une bonne part de stratégie pour jongler entre tous les éléments. C’est un système très plaisant qui ravira les amateurs du genre et qui offrira du challenge car les combats ne sont pas des plus faciles et ceci dès le début.

Durée de vie

Le jeu va offrir de nombreuses heures de jeux par son genre et sa progression qui demandera du temps. Le bémol est sans doute la répétitivité du jeu, mais elle est liée en soit au genre du jeu. De plus pour l’heure on ne compte que huit classes de héros. Nul doute que d’autres vont s’y ajouter, autant que le contenu.

Conclusion

Mistover est un très bon jeu dans sa catégorie, possédant une véritable identité propre et un système de jeu très prometteur. On regrettera peut-être l’absence de traduction dans d’autres langues que l’anglais, qui pourraient empêcher certains de s’y lancer.
Le jeu cependant se révèle assez dur et avec une progression assez difficile pour faire évoluer ses personnages. Certains joueurs pourraient en être frustrés, d’autres y trouver du challenge. Toutefois le jeu est plutôt réussi à son lancement et pourrait suivre une belle route.

Les + :

  • Son univers
  • Direction artistique
  • Le système de combat

Les – :

  • La difficulté
  • L’évolution lente des héros
  • Répétitivité du genre

Note : 15/20

 

Liens externes : site officiel, Nintendo eShop, Steam

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *