Kaamelott : Premier volet

Critique : Kaamelott : Premier volet (no spoil)

Dernière modification le 03/08/2021 par Ervael

Voilà maintenant une dizaine d’années que l’on attendait la suite de la série de Kaamelott au cinéma. Compte tenu de la popularité de la série, les attentes étaient grandes. Alexandre Astier est-il parvenu à ce que son film tienne toutes ses promesses ?

Kaamelott : Premier volet

Synopsis

484 : Dix ans après que Lancelot a pris le pouvoir. Il organise une chasse aux sorcières – aidés par des mercenaires saxons – pour retrouver Arthur et ses chevaliers, aujourd’hui, divisés et dispersés. Ce dernier, exilé jusqu’à son ancienne patrie, Rome, pour échapper à la folie de Lancelot se trouve dans la maison abandonnée de sa première femme Aconia. Souffrant sous le joug de Lancelot, le Royaume de Logres résiste et attend le retour de son héros.

Source : Allociné

Critique

C’est dans une ambiance sombre que l’on retrouve l’univers de Kaamelott, avec un royaume de Logres privé ses libertés. Ses habitants tentent de survivre, certains de résister à leur manière. La première chose que l’on pouvait craindre est que le film nous offre une galerie de personnages, une revue de tous ceux que l’on connait. Il ne le fait pas, si on passe d’une séquence à une autre, chacune est l’occasion de croiser les personnages, mais le tout gardant un fil rouge et donc l’histoire avançant avec d’un tout.

On retrouve donc de nombreuses têtes connues, certaines plus mises en avant que d’autres. On peut sentir ces personnages légèrement différents qu’avant. Certes dix ans ce sont passés, mais la situation fait qu’ils ont tous eu du vécu, parfois dur. Les personnages principaux comme Arthur sont les plus marqués et amenés à évoluer au sein du film.

Toutefois on notera l’absence de quelques personnages, ce qui est assez surprenant pour certains, mais on peut supposer qu’on en saura plus sur ce qui leur est arrivé et où ils en sont dans le second volet.

De nouveaux personnages s’ajoutent apportant de la nouveauté. Une nouvelle génération, enfants de chevaliers ou en devenir, mais aussi d’autres comme Quarto (Clovis Cornillac), Alzagar (Guillaume Calienne), Wulfstan (Jehnny Beth) et Horsa (Sting). De très bons personnages qui font mouche dans cet univers et qu’on espère retrouver dans la suite.

L’histoire comme on l’a dit avance par séquence avec un fil rouge rassemblant tous les personnages. Ce volet se pose comme un véritable chapitre de l’histoire arthurienne. Comme l’a laissé entendre Alexandre Astier dans des interviews, les deux autres films feront de même. Tout le long on retrouve l’humour propre de la série et des types de séquences faisant échos à des épisodes de celle-ci. Cependant on est pas dans un simple écho de la série avec un enchaînement de séquences lui faisant référence. On reste dans une production originale, conservant les codes de la série, dans son ton, son type d’humour, sa musique. Une série que l’on est d’ailleurs pas obligé d’avoir vu pour voir le film.

Le seul défaut que l’on peut reprocher au film et qui n’en est pas véritablement un, est lié à la bande-annonce. Elle évite le défaut de beaucoup de comédies de délivrer les meilleurs moments, ne laissant plus grand chose lors du visionnage. Un bon nombre de surprises attendent le spectateur et c’est une très bonne chose. Cependant, la bande-annonce suit le fil rouge du film et on se retrouve plusieurs fois à se dire “ceci va arriver” et ne guère se tromper. Un défaut mineur qui n’enlève rien au plaisir du film.

Conclusion

Ce premier volet de Kaamelott au cinéma tient toutes ses promesses. Alexandre Astier nous délivre un film de qualité. On est loin de certaines productions se contentant d’un enchaînement de gags. On a ici affaire à une comédie parfaitement maîtrisée qui se veut raconter quelque chose. Le spectateur est plongé dans un univers à part entière avec sa propre personnalité et une grande histoire. Vivement le prochain film !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments