Critique : Kenan, redresseur de foi (A.Holay)

Aujourd’hui avec les plates-formes de distribution et d’édition numérique, on trouve de nombreux ouvrages dans le registre de la fantasy, certains seulement publiés au format numérique. C’est ce propose Nutty Sheep avec entre autre Kenan, redresseur de foi, un cycle écrit par Anthony Holay. Cet auteur normand, amateur de fantasy et d’horreur
n’en est pas à son coup d’essai puisqu’on lui doit déjà Incubes, un roman d’épouvante  aux éditions des Tourments, Les disparus de Karia chez Nutty Sheep, le roman
interactif Monstrueuses Répliques chez Readiktion et des nouvelles avec La
vengeance de l’homme sans nom aux éditions Fantasmagorie et deux autres parues dans les revues Clair-Obscur et Ténèbres.

Kenan, redresseur de foi (A.Holay)

Dans Kenan, redresseur de foi, on retrouve les univers chers à leur auteur, la fantasy et l’horreur se mêlant dans un univers original qui est bien propre au cycle. La diffusion de la saga reprend le principe des séries TV avec plusieurs saisons, chacune contenant plusieurs épisodes, publiés par deux. A ce jour six épisodes sont sortis, les deux derniers venant clôturer la saison 1, sortant en Mars 2018.

Synopsis :

Quand vient la nuit, des bruits atroces hantent le village de Mana… Ce soir-là, Pline et sa famille en font les frais. Grincements, raclements, puis visions d’horreur les poursuivront encore au matin, jusqu’à ce que Kenan, Redresseur de Foi en mission, arrive dans le hameau.
Toutefois, il ignore que pendant ce temps, à la cité royale d’Alstore, des inquiétudes rongent son Officiant supérieur…

Quand on débute la lecture de Kenan, on ne peut ne pas penser à Geralt de la Saga du Sorceleur. Les deux héros appartiennent un ordre et errent afin de chasser les monstres et créatures qui terrorisent les populations. Cependant la différence s’arrête là. Kenan est un personnage comme tous ceux de son ordre ayant un passé lourd, les redresseurs de foi étant des criminels n’ayant plus rien à perdre ayant accepté cette profession pour se racheter et sortir de leurs condition. Des individus que le royaume utilise et n’a pas peur de perdre étant des condamnés. Ainsi Kenan est un personnage intéressant, car il semble être quelqu’un de bien, mais avec un passé lourd. Si l’auteur nous donne quelques informations sur cela, il reste des mystères.

Dans le même temps on suit d’autres personnages, Maël l’officiant qui supervise les redresseurs, Leonore la reine du royaume, un personnage dont on a assez vite d’en apprendre plus sur elle, mais surtout Pline, un jeun garçon que rencontre Kenan. Si l’on a peu à découvrir sur son passé dans son cas, on sera intrigué par ce que sera son évolution au fil de l’histoire.

Une histoire qui reprend le schéma de la menace d’antan, le retour de démons et créatures semant le chaos. Cependant le bestiaire et la mise en scène font que l’ensemble à un parfum de fantastique, d’horreur, il y a une tension dans l’air même dans les scènes moins importantes, dans un texte agréable à lire et bien équilibré dans ses descriptions et ses dialogues. L’auteur donne assez d’éléments au lecteur pour qu’il laisse son imagination faire le travail, sans mal interpréter le sens et le déroulement et sans l’assommer de détails. On regrettera peut-être un manque d’un peu plus de détails sur les visages de certains personnages. Le fait que la saga soit diffusée en épisode permet également de la consommer de manière régulière et conviendra à ceux qui ont peur des grosses saga de fantasy ou frustrés de ne pas pouvoir avancer un ouvrage de taille moyenne qu’ils ont sur leur table de chevet, car le modèle de diffusion impose le rythme de lecture. De plus le scénario pousse à vouloir en savoir plus sur ce qui se passe et la tournure que les éléments vont prendre, faisant attendre la suite.

Kenan, redresseur de foi est donc une saga à suivre, qui par son modèle de diffusion peut être suivie sans problème au milieu de ses autres lectures. Les amateurs de fantasy horrifiques auraient donc bien tort de ne pas y jeter un œil pour compléter leurs lectures du moment.

 

Liens externes : site de l’auteur, page Nutty Sheep

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *