Test : The Incredible Adventures of Van Helsing

Dernière mise à jour le par

The Incredible Adventures of Van Helsing

Alors aujourd’hui nous allons nous pencher, une fois n’est pas coutume, sur un jeu d’un petit développeur indépendant, loin des grosses machines, des triples A et de tout ce qui me fait regretter d’aimer les jeux vidéo par moment. Bref nous sommes dans le domaine du hack and slash (comme par exemple : Diablo), le jeu est sorti le 22 mai 2013 uniquement en téléchargement, vous pouvez le trouver sur Steam pour une dizaine d’euro. Et franchement un jeu de cette qualité faut pas se priver. Il est développé par Neocore Games à qui l’on doit King Arthur (I & II), Crusaders et The Kings’ Crusade.

Le titre nous plonge dans les aventures du fils de Van Helsing, ce dernier étant trop vieux désormais il incombe à son fils de lutter contre le mal et pour ce faire il est accompagné de Lady Katarina, une fantôme que son père a sauvé et qui a désormais une dette envers la famille Van Helsing mais qui est loin d’être soumise pour autant à en croire les remarques cinglantes et amusantes qu’elle peu sortir à votre personnage.

Graphismes :C’est pas moche du tout, bien au contraire, bien qu’il ne possède de cinématiques à proprement parler à la Blizzard ou à la Bethesda mais ça ne manque absolument pas grâce à la richesse de l’histoire et du scénario on est directement plongé dans l’univers sans avoir besoin d’être bombardé avec une cinématique qui de toutes façons ne pourrait pas être lu par la plupart des pc. On se trouve plongé dans un univers un peu sombre aux couleurs assez dark sans pour autant être une caricature des univers sombres de fantasy, en effet, on se retrouve dans un mélange entre la fantasy et le steampunk avec une animation totalement crédible. On est dans une vue à la troisième personne assez haute mais les zooms sur les personnages et la texture des décors ne déméritent pas bien que effectivement ça n’est pas la qualité d’un triple A, ce n’est pas ce que l’on recherche quand on achète un jeu comme celui-ci. Les animations des fantômes sont très crédibles et on sent qu’ils ont vraiment mit ce qu’il fallait pour donner une véritable âme graphique. En y repensant on peut y retrouver des éléments de graphic novel ce qui donne un côté narratif qui certes ne plaira pas à certain mais qui m’a totalement enchanté.

Musiques/Son :Assez peu de musique, cependant l’ambiance est là, les loup garou, les fantômes tout est crédible dans les sons produits on est pas sur quelque chose de dégueulasse grésillant mais bien sur quelque chose de recherché. Les voix (en anglais uniquement, les textes sont en français) sont bien travaillées et même si elles peuvent parfois être à la limite de la caricature de l’européen de l’est moyen, on leur aurait reproché de ne pas faire cette accent aux « r » roulés où l’on est bien content d’avoir une traduction car même avec un bon niveau d’anglais on se perd facilement avec cette accent à mi chemin entre le bulgare et le polonais. Cependant le tout fait que ça marche et que l’on y croit, les lycans parlent avec cet accent tout animal et les vampires avec cette condescendances qu’on leur connait si bien.

Gameplay :Pas grand chose à dire on est sur du hack and slash, en gros on avance, on taillade et on continue d’avancer. Ce qui est appréciable c’est qu’il est fluide et que même si l’on peut perdre son personnage de vue lorsqu’une bonne vingtaine de monstres vous fonce dessus, on peut continuer de taper sans ralentissement ou même bug quelconque et c’est véritablement appréciable. On a véritablement un arbre de compétence très fournis, on peut choisir d’accès son personnage sur le corps à corps, la distance (revolver/fusil) ou la magie, il est cependant déconseillé de vouloir monter les trois au cours d’une même partie vous risqueriez d’être rapidement stoppé dans votre progression. On a une IA, que se soit de la part de Katarina ou des mobs standards assez réactives, d’autant plus que votre fantôme à son propre arbre de compétence et vous pouvez aussi choisir de l’accès corps à corps ou distance, elle a ses propres techniques, son propre inventaire et vous pouvez choisir quel type d’ennemis elle va viser en priorité. Les mobs ne sont pas vraiment intelligent mais cela est aussi dû à ce type de jeu, ils vous foncent par vague dessus et à vous de survivre, ce sont les forces et faiblesses et chacun qui vont faire que vous allez vous en sortir ou non. Bref un gameplay vraiment fluide et un arbre de compétence véritablement travaillé, on regrettera de ne pas pouvoir contrôler Katarina et de n’avoir que Van Helsing en perso jouable.

Personnages :Avant de lancer l’aventure vous décidez vers quel type de personnage Van Helsing va se tourner (corps à corps / distance / magie), ils sont tous aussi plaisant à jouer les uns que les autres, avec une mention spécial pour le côté tactique du distance qui est véritablement fragile et ne supportera pas une trop grosse vague d’ennemis sur lui. Van Helsing est un personnage vraiment interessant, on regrettera néanmoins de ne pas en savoir beaucoup sur lui tout comme sur Lady Katarina, on apprend certaines choses au cours de la progression de l’histoire mais hélas c’est souvent au coeur des combats ou d’une action contextuelle quelconque et les lignes de textes se situant au dessus des personnages, elles sont parfois hors champs et l’anglais de l’est est assez peu compréhensible pour moi. Lady Katarina a une véritable capacité même si on tombe parfois dans le cliché du binôme qui se lance des vannes à la tête, étant donné que Van Helsing ne rentre pas dans le jeu du fantôme moqueur cela donne un certain équilibre.

Univers :Peut-on parler d’univers véritablement original? Je me le suis demandé car on est véritablement dans un univers connu mais peu exploité dans le monde du jeux vidéo, celui du steampunk dans une ambiance de Transylvanie dépaysante. Mais je crois que le plus original reste les références aux nombreuses inspirations des développeurs, on y retrouve le Seigneur des Anneaux, la réponse à l’univers et les Monty Python mais également Diablo (certainement le maître du hack & slash) et quand on les croise c’est juste un pur plaisir et la plupart du temps un vrai sourire se construit sur notre visage en voyant une sorte d’humilité de la part des développeurs qui reconnaissent leurs inspirations et leur rende hommage. Enfin les map sont assez linéaires mais assez nombreuses pour que l’on ne se lasse pas.

Evolution :Elle n’est pas rapide ni lente, bien au contraire, elle est juste ce qu’il faut pour évoluer quand il le faut afin de ne pas être bloqué pendant des heures sur un même boss, oui on est pas sur du try and die et les amoureux du genre se lasseront d’une évolution trop simple. En mode normal on trouve un réel défis sans que cela soit intordable.

Durée de vie :Jouable en ligne, il offre de très bonnes heures de jeu. En cherchant à le terminer à fond, la campagne en mode solo offre une bonne trentaine d’heures de jeu ce qui est totalement acceptable quand on voit les durées de vies rallongées par des quêtes annexes lamentables des triples A (on se souvient de la courses aux pages de journal dans AC III), non là les quêtes annexes et principales sont intéressantes et offre une véritable envie de les finir pour savoir ce que cela donnera. Vous avez ensuite la possibilité de refaire le jeu dans un mode « hard core » une fois que vous l’avez terminé une première fois.

En conclusion :The Incredible Adventure of Van Helsing s’offrira un deuxième opus d’ici quelques mois et on a véritablement hâte d’y être. On regrettera des « vilains » assez peu charismatique, mais on retiendra surtout une véritable évasion et une expérience de jeu qui fait du bien pour tous les amateurs du genre hack and slash. C’est avec plaisir que l’on découvre l’univers comme les personnages et que l’on regrette de ne pas en savoir plus sur eux. Avec des graphismes relativement soignés et un scénario certes pas novateur mais assez peu courant pour qu’il soit intéressant et pas revu des centaines de fois. Avec une durée de vie acceptable, si vous rushez vous n’aurez qu’une dizaines d’heures, mais si vous vous plaisez à tout faire et découvrir, vous aurez de quoi vous occuper pendant quelques jours en attendant avec impatience la suite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *