Critique : La Prophétie de Crishylann (P.Pourxet)

Auteur de plusieurs romans dont des thrillers comme Opération Soleil Noir ou Gengis Khan le dernier Sanctuaire, Philippe Pourxet a aussi écrit dans l’imaginaire avec sa trilogie de La Relique sacrée, mettant en scène les Templiers.

Si ses précédents livres reposaient sur un fond historique, cette fois-ci l’auteur revient avec La Prophétie de Crishylann et son premier tome, Le Réveil de Merlin, aux Édition Ethen, reposant sur les légendes arthuriennes.

Prophétie de Crishylann (P.Pourxet)

Synopsis

Après avoir traversé le passage pour l’Autre Monde, deux enfants de treize ans, Thomas et Jeanne, se retrouvent emportés dans de grandes aventures au pays des chevaliers de la Table Ronde, des fées et autres créatures du Petit Peuple. Ils doivent réveiller Merlin, prisonnier de son Plumier dans la forêt de Brec’helean. Lui seul peut s’opposer à la terrible magicienne Morgause qui désire se rendre maîtresse de ce monde.

Pour accomplir leur mission, les deux enfants seront aidés par Aldaroth, la guerrière Elfe, Yaspaddaden, Gobelin Blanc et le chevalier Lancelot…

Critique

La première chose que l’on remarquera en lisant ce roman est qu’il se destine à public plus jeune que les précédents romans de Philippe Pourxet. Cependant dans le même temps, il se destinera aussi à un public plus large, par une écriture accessible pour tous, mais aussi un genre qui attirera plus de monde.

Si la fantasy a le vent en poupe, les légendes arthuriennes ont toujours attiré, car elles parlent à beaucoup de monde. Si les adaptations de celles-ci se font avec plus ou moins de bonheur, certaines les revisitant un peu trop à leur faire perdre leur teneur, d’autres les prolongeant de manières plus ou moins bien faites.

Philippe Pourxet a choisi la prolongation de la légende et on sent dans ce qui nous ait conté son souci de respect de la légende initiale ou du moins de sa version choisie. L’intrigue qu’il nous propose repose sur un fondement bien établi, lui donnant cohérence et bien relié aux légendes de départ. Une légende qu’il étend plus à travers les êtres que croisent nos héros (certains de races évoquées dans les légendes), sans toutefois qu’ils dénotent.

Certes compte tenu des héros, cette aventure a une certaine « naïveté » propre aux romans jeunesse, mais qui est cohérente avec les personnages. Personnages qui évoluent dans ce premier tome, prenant conscience de leur destin et de leur mission. Une évolution qui passe aussi par leurs compagnons de route. Personnages adultes, ils leurs apportent une certaine maturité et ce n’est pas parce que le roman est tout public qu’ils ne manquent pas de profondeur. Lancelot est sans doute le meilleur exemple, compte tenu de son passé et du poids sur ses épaules. Le lecteur sent bien cet aspect du personnage qui n’est pas simplement évoqué sans aller plus loin. Il en va de même pour l’elfe Aldaroth, qui est un personnage ayant une certaine richesse.

L’aventure se présente comme un voyage à travers l’Autre Monde, avec ses péripéties, Morgause tentant de les arrêter tout le long. Si le parcours « physiquement » des personnages est assez linéaire, dans le sens que leur voyage se fait avec très peu de détours, les situations qui nous sont décrites suffisent à nous embarquer et d’oublier ce côté « linéaire ». Peu importe le côté chemin tracé, le lecteur y découvre plus les lieux mais aussi les personnages. Outre l’intrigue, l’intérêt de l’histoire passe grandement par ses personnages, ce qu’ils sont et leur devenir.

Conclusion

Ce premier tome de la Prophétie de Crishylann est des plus agréables à lire. Il permet de se plonger à nouveau dans les légendes arthuriennes dans une prolongement qui permet aussi de revoir certaines grandes figures de ces récits sous un autre angle, celui d’un futur possible ou peu narré. Une aventure qui conviendra autant au jeune public, pouvant l’amener à s’intéresser aux légendes bretonnes, et plaire aux adultes qui y retrouveront des personnages qu’ils connaissent et une sorte de récit se présentant un peu comme un « et si » non dénué d’intérêt.

 

Lien externe : blog de Philippe Pourxet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *