Quatre lieux légendaires d’Afrique

Dernière modification le 08/12/2020 par Ervael

L’Afrique est un continent qui est riche en mythes et légendes. Différents récits circulent autour de certains lieux où se mêlent histoires et légendes, mythes et réalité.

Voici quatre lieux légendaires du continent africains riches en légendes.

Les murs de Bénin City

Situé au Nigeria dans la ville de Bénin City (anciennement appelé Edo), cet ensemble de murs et de douves est l’une si ce n’est la construction humaine la plus longue du monde. Contrairement à des murailles plus classiques, la muraille de Bénin City fait effectivement le tour de la ville pour protéger des envahisseurs, mais elle est aussi présente à l’intérieur de la ville. Cette muraille forme des quartiers et délimite certains endroits, comme une sorte de ruche d’abeille. En tout, ces murs sont quatre fois plus longs que ceux de la grande muraille de Chine.

Murs de Bénin City

Aujourd’hui totalement disparue, les récits des premiers européens qui arrivèrent sur le continent décrivent une ville immense, avec un palais richement décoré et des habitants qui vivent dans une telle sécurité qu’ils n’ont pas besoin de porte à leurs maisons. Selon des estimations de certains historiens, il aurait fallu environ 150 millions d’heures de travail pour ériger une telle muraille et que la construction se serait étalée sur presque 800 ans.

Des légendes locales racontent que les différents esprits de la terre, auraient érigé ces murs pour donner à chaque peuple local un endroit à eux, au sein de la ville. Ainsi tous les peuples de la région auraient hérité d’un quartier au sein de la ville, ce qui aurait lié les gens entre eux et qui les auraient empêchés de se faire la guerre.

Lalibela d’Éthiopie

L’Éthiopie est une terre de légende, celle des grands rois chrétiens d’Afrique. Lalibela est une cité monastique qui a été classée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1978, c’est une ville sainte pour les chrétiens orthodoxes d’Ethiopie. Cet endroit est connu pour ces 11 églises directement taillées dans la roche, elles sont creusées sous le niveau du sol, dans la roche sur plusieurs dizaines de mètres de profondeur. Aucune pierre ni aucune brique n’a été posé pour construire ces églises.

Selon la légende le roi Lalibela (qui donna son nom à l’endroit) au 13ème siècle, eut une vision de Dieu qui lui demanda de construire 10 églises avec une seule pierre. Pour réaliser cela Dieu lui envoya des anges qui continueraient le travail des ouvriers pendant la nuit. Ainsi la construction des églises ne s’arrêta qu’une fois les édifices terminés.

Lalibela

Aujourd’hui dans l’une de ces églises se trouve le tombeau du roi, qui est considéré comme une relique sainte par l’église orthodoxe et un seul prêtre a le droit d’avoir accès à la tombe du roi Lalibela. Depuis de nombreux pèlerins viennent en pèlerinage recevoir un peu de poussière sacrée de la tombe du roi d’Ethiopie, cette poussière aurait la capacité de soigner toutes les maladies.

L’arbre du Ténéré

Situé en plein milieu du désert au Niger à 235 kilomètres de la ville d’Agadez, l’arbre du Ténéré est l’arbre le plus solitaire du monde. Il s’agit d’un acacia qui pousse au milieu du désert et il n’y a absolument aucune trace de végétation à plusieurs centaines de kilomètre autour de lui. Il est le dernier survivant d’une ancienne forêt d’acacia qui avait poussé dans le coin à une époque où les conditions climatiques étaient favorables. L’arbre fut pendant très longtemps inscrit sur les cartes pour servir de point de repère au milieu du désert.

Arbre du Ténéré

De nombreuses légendes racontent que sous cet arbre se trouve une immense nappe phréatique et que l’eau de cette nappe serait dotée de pouvoir rajeunissant. En 1938 un puit fut creusé par des militaire français et ils découvrent une nappe phréatique a plus de 30 mètres de profondeur.

Malheureusement, en 1973 un camionneur libyen totalement ivre percuta le seul arbre au milieu du désert causant le déracinement de cet arbre légendaire. L’arbre fut récupéré et transporté dans le musée national BouBou-Hama à Niamey et une sculpture métallique fut érigée à la place de l’arbre dans le désert.

Les pyramides de Gizeh

Comment finir cet article sans parler des mystérieuses pyramides de Gizeh, véritables chefs-d’œuvres qui marquent la vie africaine par leurs grandeurs, la culture qu’elles représentent mais aussi leurs histoires.

Pyramides de Gizeh

Les trois plus grosses pyramides sont celles de Khéops, Khéphren et Mykérinos. Encore aujourd’hui on ne sait pas exactement comment elles furent bâties avec les moyens de l’époque, sachant que la plus grande des 3 a été construite en seulement 25 ans d’après certains textes retrouvés. Ces pyramides qui sont en réalité des tombeaux, ont été à travers l’histoire profanées à de nombreuses reprises depuis l’Antiquité.

Mais la fascination des hommes envers ces édifices n’a cessé de croître au cours de l’histoire, si bien que de très nombreux mythes et légendes se sont formés autours des ces monuments. Le symbole pyramide est d’ailleurs aujourd’hui associé au mystère et au culte.

Les légendes autours de ces édifices sont nombreuses, la plus répandue est sans doute celle de la malédiction des lieux par les anciens égyptiens. Les populations locales considèrent encore aujourd’hui les pyramides comme des endroits sacrés et interdits d’accès. Selon eux quiconque oserait pénétrer dans l’enceinte d’une pyramide et y profaner un tombeau, serait définitivement maudit.

La légende moderne la plus courante, reste celle de la piste extraterrestre (oui oui). Étant donné que les scientifiques ont du mal à expliquer les méthodes de constructions que les égyptiens auraient utilisés, une théorie des plus bizarres est apparu en ligne. Cette théorie par du principe que les extraterrestres seraient venues sur Terre et auraient offert les pyramides aux égyptiens, qui étaient alors la civilisation la plus avancée sur terre comme un cadeau à l’humanité.

images : Wikipédia

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments