Critique : Chroniques d’un Terrien en Tetrasomia (A.Segur)

Dans le paysage des romans de fantasy et de fantastiques, on trouve beaucoup de sorties et les auteurs se font de plus en plus nombreux en auto-publications. Ainsi on trouve toute sorte d’univers, certains plus ou moins accessibles, aux références et aux publics différents. Parmi eux, il y en a donc qui font le pari de s’ouvrir à un public le plus large possible, s’appuyant dans leur inspiration sur des univers largement connus. Tetrasomia d’Alexandre Ségur, fait partie de ces romans.

Tetrasomia (Alexandre Ségur)

Synopsis :

Croire à l’existence d’un monde fantastique, tel qu’on les trouve dans des jeux ou livres. S’y retrouver propulsé, au milieu d’improbables coutumes, de magie et de personnages hauts en couleur. Ne plus savoir si c’est un rêve, un cauchemar ou la réalité, face à un monstre gigantesque, brandissant l’arme qui vient de tuer ses compagnons.

Vous en doutez ?

Sept personnes de notre Terre l’ont vécu. Loïc, chef d’équipe marketing dans une compagnie d’assurance, sa femme, ainsi que cinq amis en devenir. Tous passionnés d’univers fantastiques et joueurs invétérés. Sûrs d’eux, ils parcouraient les mondes virtuels, trucidant des centaines d’ennemis sur leur chemin, sans peur. Jusqu’à cette fameuse nuit…

Dans son journal, Loïc a relaté cette improbable aventure, ses espoirs et ses craintes. C’est tout ce qui nous reste d’eux.

Écrit par Alexandre Ségur, amateur de fantastique, de moyen-âge, de JdR et de jeux vidéo,  Tetrasomia veut parler au plus de personnes possibles, ce qui est sans doute réussi. L’histoire débute sur un couple de joueurs de World of Warcraft, dans lequel beaucoup pourront se reconnaître. Leur projection dans un autre monde est un schéma également assez classique dans la fantasy, comme par exemple dans Narnia et comme nos deux personnages, beaucoup d’entre nous se sont demandés ou ont pensé ce que cela ferait de se retrouver dans une telle situation. Ainsi , à travers Loïc, on découvre un nouveau monde, avec ses races, sa culture et ses guerres, dans lequel nos héros vont devoir y apprendre et évoluer.

On peut donc penser que le roman se veut assez classique. En soit il l’est dans ces schémas : des humains/terriens se retrouvant dans un autre monde, un destin, un apprentissage et un combat à mener. Certes, Tetrasomia repose sur ce socle, mais son auteur a su le travailler de manière à ne pas en faire une énième aventure de ce genre. Le mode de projection dans le monde de Tetrasomia n’est pas pas un simple passage, mais par les rêves. Si le destin et l’apprentissage des personnages est un classique, son cheminement l’est moins. Mais surtout, il y a l’essentiel qu’est l’univers de Tetrasomia. Si sa construction dans ce qui le compose est similaire à ce que l’on trouve dans d’autres univers, Alexandre Ségur s’est efforcé de le travailler et de le rendre cohérent. Ce qui est de notre point de vue, un élément essentiel, car si un univers est dans sa trame très classique et limite du déjà vu, s’il est cohérent, travaillé et qu’on peut se projeter dedans, le simple fait de pouvoir l’imaginer, alors on suit l’aventure avec plaisir. Tetrasomia parvient donc à cela et sur ce point, c’est une réussite.

C’est donc ce qui peut résumer avant tout ce roman : un univers, une ambiance qui portera les lecteurs vers l’histoire plutôt que l’inverse. Un récit qu’il ne faut cependant pas sous-évaluer quand on dit cela, car il est bien écrit et couvrira un large public. Cependant, si son univers est riche, Tetrasomia garde une certaine simplicité, faisant que du côté des plus gros lecteurs du genre, ceux lisant de gros cycles, risquent de moins s’y attarder ou le roman sera pour eux une alternative, un moment plus léger entre deux grosses lectures. Néanmoins les débutants et lecteurs intermédiaires y trouveront leur bonheur et une bonne entrée en matière dans le genre. Pour ce qui auront aimé, la fin du roman et la mention 1er recueil sur la couverture, nous laisse penser qu’une suite verra le jour permettant e prolonger l’expérience, dans l’univers de Tetrasomia.

 

Liens externes : site officiel, page Facebook, page Amazon

Une réflexion au sujet de « Critique : Chroniques d’un Terrien en Tetrasomia (A.Segur) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *