Critique : Les petits mythos (Larbier, Cazenove)

Dernière mise à jour le par

Edité chez Bamboo Edition, avec Larbier au dessin et Cazenove au scénario, cette série qui revisite la mythologie grecque compte désormais 4 tomes. je la connaissais depuis ses débuts, sans je l’avoue avoir lu de tome en entier. Lors du Salon Livres et BD de Bagnols sur Cèze, j’ai pu rencontrer Larbier et donc cela était l’occasion d’acquérir un tome et découvrir plus en détail la série en discutant avec lui.

Mon choix s’est porté pour le tome 3, Les titans sont durs, la couverture m’attirant plus que les autres.

Petits mythos

 

Synopsis du tome 3 :

Pas facile la vie de futur héros. C’est ce que se dit tous les matins Hercule en pensant aux 12 travaux qu’il n’a pas encore pu réaliser. Pour nettoyer les écuries d’Augias ou étouffer le Lion de Némée, un peu d’aide ne serait pas de trop. Le hic, c’est que ses copains sont déjà pas mal occupés par un certain Jason dont la tâche est de retrouver la Toison d’Or. À cette époque où les missions ne manquent pas, Héros de la Mythologie antique est un vrai travail d’avenir !

A la manière d’un Leonard le génie le tome débute par une histoire sur quelques planches et ensuite ne compte que des gags en une planche. Dans celui-ci Hercule est au coeur de l’histoire et on le trouve à d’autres reprises par la suite. A la fin on trouve en plus un cahier avec les douze travaux (Cerbère étant excellent au passage). Un format efficace qui permet de donner un thématique au tome tout en proposant des gags variés et utiliser toute la brochette de personnages récurrents existante.

De prime abord, on peut penser cette série plus réservée à un public jeune, par son dessin coloré et dans la veine des grandes séries d’humour, car elle présente toute la seconde génération des dieux et les héros humains durant leur jeunesse. En effet ils aimeront, mais les adultes (ou grands gamins) aimeront aussi, car il y a une double-lecture, la seconde était une parodie de la mythologie grecque. Tous les éléments connus des mythes et personnages sont là, parodiés mais respectés. Les personnages et monstres sont drôles ne serait-ce que par leur allure et à cela s’ajoute des gags simples et efficaces.

Comme Larbier me l’a dit « c’est dans la mythologie grecque où les personnages sont les plus bêtes ». Leur bêtise se manifeste souvent dans leurs colères, la violence et la cruauté. Ces histoires remaniées, on obtient alors cette BD bourrée d’humour.Quand on regarde les personnages, les anciens comme Zeus, Poséidon et Hadès brillent par leur bêtises et leur arrogance et les jeunes dieux sont tous sur la même voie. Les héros tels que Hercule ou Jason ne sont pas en reste, faisant ce qu’ils peuvent et commettant gaffe sur gaffe aussi. Quand on parle de bêtises on ne peut ne pas évoquer Totor, le minotaure qui semble être le pire de tous, mais finalement il est le seul de véritablement innocent, confronté à un destin qu’il n’a pas voulu. S’il parait être d’abord comme le lourdeau de la bande au final il en devient le plus attachant.

Conclusion :

Les Petits mythos est une excellente série pour qui aime les BD humoristiques. Elle tient son originalité dans son univers, qui n’ayant pas été traité comme cela auparavant crée la nouveauté. Les amateurs de mythologie y trouveront d’ailleurs une saveur supplémentaire en y voyant toutes les références aux mythes grecs, d’autant que leur base est respectée.

Le tout est servi par un dessin et une colorisation de qualité en faisant donc une très bonne BD. Allez comme il faut bien trouver un défaut, je dirai qu’on peut la trouver un peu courte. Mais en soit est-ce un défaut dans la mesure où le nombre de planches est là ? Cela veut dire qu’on l’a dévoré mais que l’on est pas rassasié et en veut encore. Donc un mal pour un bien ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *