Critique : Aurion, L’héritage des Kori-Odan (Kiroo Games)

Dernière mise à jour le par

Sortit en 2016 après une campagne kickstarter, Aurion est un jeu PC disponible sur Steam créé par le studio camerounais Kiroo Games, basé à Yaoundé. Cet action-RPG a reçu de très bonnes critiques par sa qualité graphique, son scénario et son univers très inspiré de ses origines africaines.

Aurion, l'héritage des Kori-Odan (Kiroo Games)

L’univers d’Aurion étant riche, il est propice à investir d’autres médias et c’est ce que Kiro’o Games a fait en sortant une version BD. Ou plutôt une version comic disponible sur Amazon. A ce jour quatre tomes sont sortis (contenant les onze premiers chapitres) et le premier volume en version grand format regroupant les huit premiers chapitres. C’est ce dernier que nous avons eu le plaisir de lire et ont nous allons faire la critique.

Synopsis

Qui suis-Je ? Quelle est ma place dans ce monde ?
Tout le monde se pose un jour ces questions. Sur la planète Aurioma, une énergie appelée L’Aurion ne réagit qu’à ceux qui cherchent des réponses, en les connectant à leurs ancêtres.

Dans la citée de Zama, le roi et la reine, Enzo et Erine Kori-Odan sont couronnés le jour de leur mariage. Mais ce jour heureux sera le début de leurs combats, leurs épreuves et leur voyage pour trouver le vrai sens de l’Héritage des Kori-Odan.

L’histoire de Aurion : L’Héritage des Kori-Odan est tirée du jeu de rôle d’African Fantasy. Le premier jeu vidéo Camerounais a été encensé par la critique internationale pour son scénario captivant et inspirant.

Critique

Cette déclinaison ne renie pas ses origines reprenant la direction artistique du jeu original et ses inspirations africaines. Lorsque Kiroo Games évoque le fait que Aurion est une licence faite par des africains pour des africains, ce n’est pas une simple parole marketing. C’est ce qui lui donne sa personnalité et ce pourquoi on peut l’apprécier, que cela soit d’un point de vue graphique ou scénaristique.

On parlera peut-être plus de comics que de BD. Ce nouveau format racontant les aventures d’Enzo et Erine reprend plus les codes des comics que de la BD franco-belge, entre autre par son format en couverture souple et une histoire découpée en chapitre, ses grandes cases, ses plans et son dynamisme. Les dessins sont de grandes qualités et l’ensemble est très coloré. Seules quelques cases lors des combats se montrent un brin confuses, mais si pour une action on trouve un manque de lisibilité, cela ne gène en rien la compréhension du combat.

Aurion, l'héritage des Kori-Odan (Kiroo Games)

Le scénario prend place dans une contrée reprenant le style, la culture et des paysages d’Afrique. Il ne s’attarde guère sue de longues explications. Il faudra donc regarder plus du côté de la documentation entre chaque chapitres pour en apprendre plus sur les spécificités de l’univers, que cela soit la cité de Zama, certains types de personnages, mais surtout l’Aurion.

Aurion, l'héritage des Kori-Odan (Kiroo Games)

Celui-ci étant la magie de cet univers, elle tient une place importante. Il s’agit de tout un système, qui se révèle original et cohérent par sa source et ses codes. Ce qui est important dans une œuvre qui ne relève pas des contes pour enfants et aussi un public désormais habitué au genre de la fantasy, cherchant aussi une compréhension plus poussée des choses au lieu d’un simple « c’est magique ». Sans rentrer dans la complexité, l’Aurion est donc bien justifié et joue son rôle.

Les dialogues vont droit au but pour mettre en place l’intrigue, chaque fin de chapitre laissant l’histoire en suspend à un instant important ou clé. Ce qui laisse aussi plus de place pour les passages d’action, qui sont au cœur de la licence, car il ne faut pas oublier que le jeu original est d’action. Toutefois, limiter cette histoire à celle d’un combat serait très réducteur. Malgré tout, on trouvera des passages plus posés, de l’humour. Le scénario aborde également divers thèmes comme celui de la royauté, du pouvoir, des responsabilités, mais aussi l’amour, le partage, la solidarité à travers Enzo et Erine, les deux personnages ayant leur destin lié.

Sans spoiler, bien qu’ils étaient déjà au centre du récit, la fin de ce tome se recentre encore plus sur eux. Une fin de volume qui ouvre bon nombres de questions sur certaines choses qui ont pu se produire, mais aussi sur celles à venir. Après une très bonne introduction de l’univers d’Aurion et de l’histoire de ses personnages, on termine sur une belle ouverture pleine d’aventures pour la suite.

Conclusion

Dans un paysage de fantasy, peu importe le format, très souvent orienté sur des univers médiévaux inspirés de l’Europe de l’Ouest ou du Nord, voir sortir des œuvres s’inspirant d’autres contrées du monde est très rafraîchissant. Si avec les comics l’Amérique est plus mise en avant et le Japon avec les mangas, l’Afrique noire est peut-être un peu plus en retrait sur les marchés occidentaux et asiatiques. Pourtant, cette terre spirituelle est autant riche en récits mythologiques, légendaires.

Une œuvre comme Aurion est donc la bienvenue et si elle a été réalisée par des africains pour des africains, elle reste accessible à tous et à tout âge, ne rentrant pas dans des concepts trop culturellement éloignés et compréhensibles. Scénario et graphisme étant au rendez-vous, il serait donc dommage de passer à côté si vous êtes en quête côté BD de quelques chose de différent. Si vous êtes peu lecteurs de BD, vous pouvez toujours aussi vous tourner vers le jeu pour découvrir cet univers.

 

Liens externes : site officiel, Amazon France

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *